Mouvement social :

Grève à la clinique de Sainte Clotilde


Publié / Actualisé
Une centaine d'employés de la clinique de Sainte-Clotilde sont en grève depuis ce vendredi 5 novembre 2004. Ils réclament une hausse salariale de 6% ainsi que de meilleures conditions de travail. Les négociations avec la direction n'ont pas abouti
Une centaine d'employés de la clinique de Sainte-Clotilde sont en grève depuis ce vendredi 5 novembre 2004. Ils réclament une hausse salariale de 6% ainsi que de meilleures conditions de travail. Les négociations avec la direction n'ont pas abouti
Après près de cinq heures de négociation vendredi, aucun accord n'a été trouvé entre la clinique et la fédération CGTR santé et de l'action sociale. La direction a proposé une augmentation salariale de 1,55%. Proposition rejetée par le syndicat. La grève est donc reconduite.
Le conflit a pris naissance lors des négociations salariales en juillet dernier. Les syndicalistes avaient présenté plusieurs revendications salariales sur lesquelles ils affirment ne pas avoir eu de retour. "Nous avions demandé la rédaction d'un protocole de désaccord de fin de négociations et n'avons pas reçu ce protocole " affirme Françoise Pothin, déléguée syndicale. Les employés de la clinique ont donc procédé à un débrayage de quatre heures le jeudi 4 novembre 2004. Ce mouvement s'est transformé en grève suite "au refus de la direction d'aborder une quelconque négociation " écrit Françoise Pothin, dans une lettre adressée à Michel Deleflie, président-directeur général de la clinique.

Servcie minimum

Depuis six heures, vendredi, une partie des salariés de l'établissement hospitalier (secrétariat, chirurgie, cuisine, pharmacie, facturation) sont donc en grève. Installés en petits groupes sur la pelouse de la clinique, ils attendent que la direction réagisse. Certains, particulièrement ceux affectés au service de l'hémodialyse sont amers. "Nous avons un salaire de 1 060 euros par mois alors que sur une journée, nous traitons trois séries de 27 patients. Nous sommes même obligés de faire du brancardage des patients" souligne une employée. L'une de ses collègues dénonce: "nous avons travaillé plus de deux mois en sous-effectif. Pour cela, les infirmières sont gratifiés de 33 euros, les aides-soignants de 23 euros et les agents de 18 euros. On nous prend vraiment pour des mendiants et des miséreux".
Parmi les autres revendications des grévistes figurent: la préférence à l'embauche de salariés locaux, les promotions internes en privilégiant les besoins de formation, l'augmentation de la valeur du point indiciaire à l'échéance officielle ainsi qu'une prime de surcharge de travail de 102 euros pour le personnel de la pharmacie ayant 5 ans d'ancienneté.
Pendant cette grève, un service minimum est assuré dans l'établissement.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !