Manifestation contre le contrat de première embauche :

"Non au CPE"


Publié / Actualisé
À l'appel des syndicats, 2 000 personnes (800 selon la police) ont manifesté ce jeudi 16 mars 2006 à Saint-Denis contre la mise en place du CPE (contrat de première embauche). Les manifestants réclamaient également une meilleure indemnisation des salariés mis en chômage technique suite à la fermeture de leurs entreprises mises en difficulté par les conséquences de l'épidémie de chikungunya. Les étudiants ne sont guère mobilisés pour cette manifestation
À l'appel des syndicats, 2 000 personnes (800 selon la police) ont manifesté ce jeudi 16 mars 2006 à Saint-Denis contre la mise en place du CPE (contrat de première embauche). Les manifestants réclamaient également une meilleure indemnisation des salariés mis en chômage technique suite à la fermeture de leurs entreprises mises en difficulté par les conséquences de l'épidémie de chikungunya. Les étudiants ne sont guère mobilisés pour cette manifestation
"Le CPE c'est l'aggravation de la précarité", "des vrais emplois et des salaires décents" ont réclamé les manifestants qui ont défilé du jardin de l'État au Barachois. Peut-être parce que les lieux étaient déjà occupés par les chefs d'entreprises du secteur touristique (voir article en rubrique "actualités"), le défilé ne s'est pas arrêté devant la préfecture comme d'habitude dans ce type de manifestation.
Ce sont essentiellement des salariés qui ont répondu à l'appel de l'intersyndicale (CGTR - CFDT - CFTC - FO - UNSA - FSU). Les étudiants qui avaient envisagé de défiler sont finalement restés sur le campus du Moufia où une assemblée générale a réuni peu de monde. Par contre, à l'université du Tampon, 200 étudiants ont répondu à l'appel à la manifestation lancée par l'UNEF (union nationale des étudiants de France).
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !