Journées portes ouvertes à l'hotel des impôts de Saint-Paul :

L'administration fiscale expliquée et contestée


Publié / Actualisé
Dans le cadre d'une manifestation nationale, l'hôtel des impôts de Saint-Paul ouvrait ses portes, jeudi 16 novembre 2006, afin de permettre au public de découvrir les nombreux services de l'administration fiscale. Mais devant le bâtiment, des représentants du SNUI (syndicat national unifié des impôts), de la CGTR et de FO dénonçaient une " mascarade ".
Dans le cadre d'une manifestation nationale, l'hôtel des impôts de Saint-Paul ouvrait ses portes, jeudi 16 novembre 2006, afin de permettre au public de découvrir les nombreux services de l'administration fiscale. Mais devant le bâtiment, des représentants du SNUI (syndicat national unifié des impôts), de la CGTR et de FO dénonçaient une " mascarade ".
L'hôtel des impôts de Saint-Paul accueillait le public, jeudi 16 octobre, dans le cadre de la manifestation nationale organisée par la direction générale des impôts. Le but est de présenter l'organisation et les missions de l'administration fiscale tout en présentant les démarches réalisées pour simplifier la vie des contribuables : déclaration préremplie, développement des téléprocédures, plafonnement des taxes pour plus de justice, traitement au cas par cas... L'idée est également de développer le civisme fiscal, grâce, notamment, à la publication en 2005, de la charte du contribuable. Le système d'impôts est déclaratif et nécéssite une certaine sincérité. " L'organistation fiscale n'est pas évidente aux yeux des gens. Nous avons un jargon, des procédures complexes et nous voulons humaniser et dépassionner les relations, montrer que nous tenons compte des situations particulières au delà des lois ", explique-t-on à l'hôtel des impôts. Les grâces ou échelonnement de paiement sont possibles selon les situations, affirme-t-on. Car les relations peuvent être conflictuelles entre les agents et les contribuables. A la Réunion, les gens se rendent beaucoup aux guichets des administrations en quête de garanties : sur 400 000 personnes imposables, 75 000 se sont déplacées et 20 000 ont fait leur déclaration via internet. Dans ce cadre, cette journée portes ouvertes sert également aux agents à apprendre à mieux communiquer autour de procédures complexes pour dépassionner les relations.



" Abandon de missions "



Mais devant le batiment, des représentants du SNUI (syndicat national unifié des impôts), de la CGTR et de FO ne sont pas du même avis. Ils qualifient la journée portes ouvertes de "mascarade " et de " provocation dans le contexte actuel ". D'après Pascal Valiamin, porte parole de l'intersyndicale, " une rupture de dialogue entre les employés et la direction " est amorcée. Avec 70% de participants, selon les syndicats, la grève " massive " du 14 mars dernier dans l'administration fiscale dénote un malaise. " Il y a un manque de personnel et un abandon de certaines missions qui fait qu'il y a un traitement différencié du contribuable. En plus, on alourdit les impôts des petits comme la taxe d'habitation ou la CSG tandis qu'on baisse l'impôt sur le revenu. Mais ici, 80% des gens ne paient pas l'impôt sur le revenu. En revanche, tout le monde paie la TVA ou la taxe foncière ". Au coeur des revendications : le sous effectif estimé par les syndicats à 80 agents sur l'île qui devrait s'aggraver avec la suppression de 5 postes en 2007, la lutte contre les fraudes fiscales et l'accueil des contribuables. " Il faut réhabiliter le service public ", conclut Pascal Valiamin.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !