Contrôle anti fraudes au RMI :

"Nous ne sommes pas des voleurs"


Publié / Actualisé
Le gouvernement a fait adopter une loi sensée lutter contre les fraudes supposées auxquelles se livreraient certains bénéficiaires du RMI. Ce mercredi 28 janvier 2008, à l'appel de deux associations, une vingtaine de personnes se sont rassemblées mercredi matin devant la préfecture pour protester contre ces contrôles. "Nous ne sommes pas des voleurs disent-ils
Le gouvernement a fait adopter une loi sensée lutter contre les fraudes supposées auxquelles se livreraient certains bénéficiaires du RMI. Ce mercredi 28 janvier 2008, à l'appel de deux associations, une vingtaine de personnes se sont rassemblées mercredi matin devant la préfecture pour protester contre ces contrôles. "Nous ne sommes pas des voleurs disent-ils
"Nous ne gagnons pas beaucoup d'argent, à peine 396 euros et aujourd'hui la caisse d'allocations familiales à la demande de l'État, veut nous contrôler, fouiller dans notre vie privée, voir si nos meubles ne sont pas trop chers et nos factures trop élevées. C'est inadmissible" s'insurge Jean-François Fromens, dirigeant d'association.
Les manifestants avaient demandé à plusieurs personnalités politiques de venir soutenir leur mouvement. L'appel n'a trouvé d'écho qu'auprès de Thierry Araye, candidat aux municipales de Saint-Paul. "C'est incroyable, les politiques préfèrent se mobiliser pour défendre Miss France, plutôt que pour nous aider" déplore Jean-François Fromens.
La demande d'audience des associations a été refusée par la préfecture. "C'est dommage, les gens sont venus pacifiquement demander qu'on les écoute. Je ne comprends pourquoi ils ne sont pas reçus" regrette Thierry Araye. "Malheureusement nous allons être obligés de passer à la vitesse supérieure et d'appeler à la désobéissance civile" prévient Jean-François Fromens. Le petit groupe s'est ensuite dispersé dans le calme
À La Réunion environ 70 000 foyers sont bénéficiaires du RMI.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !