Social :

"Non à la réforme des retraites"


Publié / Actualisé
Une nouvelle journée de mobilisation a eu lieu ce jeudi 22 mai 2008 cette fois pour la défense des retraites. Comme en métropole, les syndicats protestent notamment contre le plan du gouvernement qui entérine, à partir de 2009, l'allongement à 41 ans de la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein. Le mouvement social réunionnais, s'il s'essouffle quelque peu, n'a pas encore dit son dernier mot.
Une nouvelle journée de mobilisation a eu lieu ce jeudi 22 mai 2008 cette fois pour la défense des retraites. Comme en métropole, les syndicats protestent notamment contre le plan du gouvernement qui entérine, à partir de 2009, l'allongement à 41 ans de la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein. Le mouvement social réunionnais, s'il s'essouffle quelque peu, n'a pas encore dit son dernier mot.
Entre 1 500 et 2 000 personnes parmi lesquelles des agents de la fonction publique, de l'éducation, des transports, de la Poste, d'EDF, de France Télécom mais aussi des étudiants, des lycéens, des parents d'élèves et des salariés du privé, sont descendues ce jeudi dans les rues de Saint-Denis pour dénoncer la politique des retraites.
Les syndicats CFDT-CGTR-CFTC-FO-UNSA-Saiper-Solidaires réclament le retour aux 37,5 annuités pour tous les employés du privé et du public. Dans le chef-lieu, le cortège est parti à 10h du petit Marché et a remonté le boulevard de l'océan avant de rejoindre le centre-ville et la préfecture.

Une manifestation moins suivie à Saint-Pierre

À Saint-Pierre, la mobilisation a été de moindre ampleur, à la déception des syndicats. Comme toujours, sur le petit millier de manifestants recensés les lycéens formaient le gros du peloton et signifiaient leur mécontentement en musique. Car au-delà du plan de réforme des retraites, c'est toujours la politique sociale du gouvernement dans son ensemble qui est fustigée. Et les grèvistes - parmi lesquels des militants CGTR, FCPE, FO enseignement, FSU, SNES, Sud Education,Sud PTT, UNEF, UNL - de rappeler les nombreuses menaces qui pèsent sur le secteur de l'Education nationale (suppressions de postes, augmentation du temps de travail des professeurs, accroissement de la précarité des personnels non titulaires...) et de réclamer le maintien du pouvoir d'achat ainsi que le respect des acquis sociaux.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !