Contrats aidés :

Jégo réclame " plus de qualité et durabilité "


Publié / Actualisé
Le secrétaire d'Etat chargé de l'Outre-Mer, arrivé ce jeudi 28 août 2008 dans l'île, a reçu, à leur demande, des représentants de l'association des maires de la Réunion à propos du dossier des contrats aidés. L'échange a permis de souligner une recherche commune de complète transparence ainsi qu'un accord sur une démarche permettant que les contrats aidés soient plus efficaces pour l'insertion professionnelle des bénéficiaires.
Le secrétaire d'Etat chargé de l'Outre-Mer, arrivé ce jeudi 28 août 2008 dans l'île, a reçu, à leur demande, des représentants de l'association des maires de la Réunion à propos du dossier des contrats aidés. L'échange a permis de souligner une recherche commune de complète transparence ainsi qu'un accord sur une démarche permettant que les contrats aidés soient plus efficaces pour l'insertion professionnelle des bénéficiaires.
Les représentants de l'association des maires de la Réunion ont évoqué avec Yves Jégo la situation des emplois aidés dans leurs communes respectives et présenté leurs attentes d'une meilleure répartition des moyens. Le ministre a rappelé que l'effort de l'Etat avait été maintenu cette année et même revu à la hausse puisque 24 056 contrats aidés ont été créés en 2008 contre 23 935 en 2007.
Soucieux que la rentrée 2009 s'effectue dans de bonnes conditions et attentif aux attentes de l'association des maires, Yves Jégo a proposé qu'un " Monsieur Bons Offices " soit désigné dans les prochaines semaines pour établir, en pleine transparence et avec l'ensemble des acteurs (Etat, conseil général, communes, ANPE, ADI...), les conditions de déploiement de ces contrats aidés. " Le quota a été revu à la hausse, les moyens humains étaient là. Nous devons essayer de comprendre par quel mystère certaines communes n'ont pas obtenu le nombre d'emplois aidés requis, a déclaré Yves Jégo".

Pas des emplois jetables

Il a par ailleurs indiqué aux maires que l'objectif des contrats aidés était l'accès à l'emploi durable. Or, selon lui, les perspectives d'insertion après un contrat aidé sont trois fois plus faibles à La Réunion que dans l'Hexagone. Les employeurs de contrats aidés doivent donc veiller à ce que ces derniers, en particulier dans le secteur non-marchand, débouchentvéritablement sur des perspectives d'emploi dans le secteur marchand, qui a créé prèsde 6 000 emplois en 2007. " Je veux que les emplois aidés ne soient plus des emplois jetables, qu'on laisse tomber dès qu'on n'en a plus besoin, a martelé le secrétaire d'Etat à l'outre-mer. L'Etat ne va pas diminuer le nombre de contrats aidés, mais, en contrepartie, nous exigeons que les communes mettent en place des dispositifs pour offrir davantage de qualité et de durabilité à ces emplois. "

Un accord-cadre

Fort de ces différents constats, Yves Jégo a proposé aux représentants des maires qu'un accord-cadre en matière de contrats aidés dans les collectivités soit signé sous trois mois. Cela avec tous les acteurs de la politique de l'emploi en vue, d'une part, d'assurer une complète transparence sur les contrats aidés, d'autre part, de planifier leur gestion, et enfin de prévoir un dispositif visant à améliorer l'insertion des personnes sous contrats aidés dans un emploi durable.
Un tel accord pourrait associer le conseil régional, le conseil général, les communes, les services de l'Etat, les maisons de l'emploi...

Imaz Press Réunion - http://
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !