Collectif d'associations, de syndicats et de politiques :

Dire non à la vie chère


Publié / Actualisé
Le collectif composé d'associations, de syndicats, et de partis politiques qui a été crée le 5 février dernier se réunit ce jeudi soir 12 février 2009 au siège de la CGTR, à Saint-Denis, afin d'élaborer une plate-forme de revendications pour lutter contre la vie chère.
Le collectif composé d'associations, de syndicats, et de partis politiques qui a été crée le 5 février dernier se réunit ce jeudi soir 12 février 2009 au siège de la CGTR, à Saint-Denis, afin d'élaborer une plate-forme de revendications pour lutter contre la vie chère.
"L'explosion est pour bientôt à La Réunion", prédit Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR, avant de rejoindre ses collègues autour de la table. Ils sont plus de trente représentants à avoir fait le déplacement ce jeudi 9 février avec leurs idées propres en matière de salaire ou de logement afin d'améliorer les conditions de vie des Réunionnais.
Parmi les porte-paroles, des membres du PCR, du PSR, de Lutte Ouvrière, du Parti de Gauche, du Nouveau Parti Anticapitaliste, de la CGTR, de la CFDT, de la CFTC, de la CGC, de l'UNSA, de la FSU, du collectif Agir Pou Nout Tout, de la Ligue des droits de l'Homme et d'AC chômage Réunion. "D'autres organisations ont prévu de nous rejoindre ce soir", affirme le représentant de la CGTR.
Pour Ivan Hoareau, même si la situation à La Réunion fait qu' "on arrivera aux mêmes conséquences qu'en Guadeloupe ou en Martinique", cela se fera sur un autre rythme. Et pour cause, "chaque département d'Outre-mer a ses spécificités, nous ne devons donc pas nous précipiter". Le responsable promet néanmoins des actions rapides une fois que le collectif sera arrivé à établir une plate-forme de revendications communes.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !