Nouveau parti anticapitaliste :

Pour une 'île morte' le 5 mars


Publié / Actualisé
Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), membre du COSPAR (collectif contre la vie chère) s'est adressé à la presse ce mercredi 25 février 2009. Le parti veut appeler "tous les élus, les commerces, les banques, les institutions de l'éducation nationale et de la santé" à faire du jeudi 5 mars une journée "île morte". Leurs revendications : augmentation de 200 euros des salaires et baisse du prix des marchandises.
Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), membre du COSPAR (collectif contre la vie chère) s'est adressé à la presse ce mercredi 25 février 2009. Le parti veut appeler "tous les élus, les commerces, les banques, les institutions de l'éducation nationale et de la santé" à faire du jeudi 5 mars une journée "île morte". Leurs revendications : augmentation de 200 euros des salaires et baisse du prix des marchandises.
Le NPA, souhaite que le 5 mars soit "une journée de solidarité avec la population". Selon Nathalie Dompy, une de leurs militantes, il faut que le gouvernement voie "que nous n'avons plus de pouvoir d'achat. Et si demain on ne peut plus consommer, les commerces vont fermer". Tous doivent s'y mettre, élus, banques, fonctionnaires, commerçants et descendre dans la rue "symboliquement ". Pour cela, il faudrait que les établissements ferment, à commencer par les mairies. "Les maires, qui sont les premiers patrons, devraient offrir une journée de repos aux agents".

Concernant la situation dans les DOM, Nathalie Dompy s'indigne. "Le gouvernement et les gros patrons n'ont pas le droit de faire durer une grève pendant un ou deux mois en temps de crise", affirme la militante. Pour le 5 mars, elle demande également à ce que "les élus, patrons, représentants du gouvernement participent ensemble à une table-ronde pour faire émerger de vrais projets et des solutions".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !