Conflit social à l'ADI :

"dialogue social"


Publié / Actualisé
Le personnel de l'Agence départementale d'insertion (ADI) était en grève le mercredi 4 mars 2009 pour réclamer "le maintien de la structure qui est indispensable au traitement des dossiers des plus défavorisés à la recherche d'un emploi". Une délégation a demandé à être reçue par le Département. Ce dernier dit avoir "répondu favorablement à cette demande dans un souci de dialogue social".
Le personnel de l'Agence départementale d'insertion (ADI) était en grève le mercredi 4 mars 2009 pour réclamer "le maintien de la structure qui est indispensable au traitement des dossiers des plus défavorisés à la recherche d'un emploi". Une délégation a demandé à être reçue par le Département. Ce dernier dit avoir "répondu favorablement à cette demande dans un souci de dialogue social".
Lors de leur rencontre avec le Département, les salariés de l'ADI "ont pu exprimer leurs inquiétudes quant aux conditions de mise en ?uvre du revenu de solidarité active (RSA) à La Réunion et déposer une motion", d'après le Conseil général. "Considérant que l'avenir de l'ADI dépend des décisions qui seront prises en la matière par le gouvernement et le législateur, il est rappelé que le Conseil général n'est pas en mesure de prendre d'engagement concernant la pérennisation de cet établissement public et de l'organisation de ses missions. Néanmoins, la collectivité départementale a accepté de transmettre à l'Etat la motion présentée par les syndicats", poursuit le Palais de la Source.

Le Conseil général a par ailleurs désigné un correspondant au sein de ses services "afin de favoriser les échanges entre le Département et les personnels de l'agence, dans la perspective d'une accélération du calendrier de mise en place du RSA outre-mer". Enfin, le Département "dément fermement l'interprétation selon laquelle d'autres engagements auraient été pris à cette occasion, en particulier en ce qui concerne la gestion financière du RSA, et rappelle que l'ADI n'exerce actuellement aucune compétence en termes de gestion financière du RMI, et qu'aucune éventualité de cette nature ne figure dans l'agenda gouvernemental". Un protocole d'accord sera signé dans les prochains jours.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !