Débrayage au collège de Bras-Panon :

En soutien aux contrats aidés


Publié / Actualisé
Une dizaine de membres du personnel du collège de Bras-Panon ont débrayé ce mardi 7 avril 2009 au matin. Raison de cet arrêt momentané du travail, l'arrivée à terme d'un certain nombre de contrats aidés, notamment celui de Jean-François Ramaye. En effet, après 8 ans de services, le contrat de cet agent technique territorial ne sera pas renouvelé à la fin du mois d'avril. Suite à ce mouvement, Véronique Miranda, gestionnaire du collège, et Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon, ont décidé d'écrire à la présidente du conseil général, Nassimah Dindar, pour lui demander de trouver une solution à propos de ces contrats aidés. Un durcissement de la mobilisation est à prévoir dès ce mercredi 8 avril si aucune avancée n'est constatée.
Une dizaine de membres du personnel du collège de Bras-Panon ont débrayé ce mardi 7 avril 2009 au matin. Raison de cet arrêt momentané du travail, l'arrivée à terme d'un certain nombre de contrats aidés, notamment celui de Jean-François Ramaye. En effet, après 8 ans de services, le contrat de cet agent technique territorial ne sera pas renouvelé à la fin du mois d'avril. Suite à ce mouvement, Véronique Miranda, gestionnaire du collège, et Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon, ont décidé d'écrire à la présidente du conseil général, Nassimah Dindar, pour lui demander de trouver une solution à propos de ces contrats aidés. Un durcissement de la mobilisation est à prévoir dès ce mercredi 8 avril si aucune avancée n'est constatée.
C'est en 2001 que Jean-François Ramaye est embauché au collège de Bras-Panon en tant qu'agent technique territorial. Il est alors engagé en tant que remplaçant d'un titulaire qui avait pris un congé maladie de longue durée. Au fil des années, il s'intègre au personnel jusqu'à être considéré comme un membre permanant par ses collègues.

Constatant que le congé maladie était reconduit, il a décidé de prendre un crédit à la consommation dans la perspective d'une nouvelle signature de contrat. Mais voilà qu'il apprend que son contrat qui prend fin en avril 2009 ne sera pas renouvelé. Conséquence, il ne pourra plus subvenir aux besoins de sa famille et ne réussira plus à rembourser son crédit. "Les huissiers viendront saisir mes biens si je ne peux plus payer", craint l'agent technique territorial.

C'est face à cette situation "injuste" qu'une dizaine de membres du personnel ont décidé de débrayer ce mardi 7 avril au matin. "Nous voulons montrer notre mécontentement et notre soutien aux autres contrats aidés qui ne seront pas renouvelés", explique Jean-François Ramaye.

La gestionnaire du collège de Bras-Panon, Véronique Miranda, les soutient dans leur action même si elle affirme ne pas pouvoir faire grand chose. "C'est le Département qui gère les contrats aidés et qui décide de les reconduire ou pas", indique t-elle. Mais pour la responsable de l'établissement, "les conseillers généraux ne sont pas là pour observer la réalité du terrain. Ils ne voient pas les liens qui se tissent au fil des années même si la personne n'est pas titulaire". Elle a donc décidé d'écrire un courrier à la présidente du conseil général pour lui demander de trouver une solution à ce problème.

Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon, a lui aussi fait le déplacement pour rencontrer Jean-François Ramaye et a promis d'évoquer sa situation auprès de Nassimah Dindar. "Ce n'est pas normal qu'un agent soit remercié après 8 ans de service", a lancé le représentant de la commune.

Les membres du personnel devraient à nouveau débrayer ce mercredi 8 avril. "Et nous sommes prêt à entrer en grève illimitée", a prévenu Jean-François Ramaye.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !