Grève au multiplex de Sainte-Marie :

Un huissier au Cinépalmes


Publié / Actualisé
Un huissier est intervenu devant le Cinépalmes de Sainte-Marie ce lundi 12 octobre 2009 en fin d'après-midi pour sommer les grévistes du multiplex de faire moins de bruit. À l'appel de la CFDT 20 des 21 salariés ont cessé le travail depuis ce samedi pour réclamer des meilleures conditions de rémunération et de travail. Dans la matinée un bref ralé poussé avait opposé le porte-parole des grévistes et un agent de sécurité. Ce 12 octobre étant également la date du 4ème anniversaire de l'ouverture du Cinépalmes, les grévistes ont partagé un gâteau pour célébrer la "l'enterrement de leur vie de famille"
Un huissier est intervenu devant le Cinépalmes de Sainte-Marie ce lundi 12 octobre 2009 en fin d'après-midi pour sommer les grévistes du multiplex de faire moins de bruit. À l'appel de la CFDT 20 des 21 salariés ont cessé le travail depuis ce samedi pour réclamer des meilleures conditions de rémunération et de travail. Dans la matinée un bref ralé poussé avait opposé le porte-parole des grévistes et un agent de sécurité. Ce 12 octobre étant également la date du 4ème anniversaire de l'ouverture du Cinépalmes, les grévistes ont partagé un gâteau pour célébrer la "l'enterrement de leur vie de famille"
Les salariés réclament notamment 5% d'augmentation des salaires, une majoration de 100% des heures travaillées le dimanche et la nuit, la mise en place d'un 13ème mois ainsi que l'assurance de deux jours de repos consécutifs par semaine.

Ces revendications "sont en possession de la direction depuis deux jours" s'insurge Dominique Derancy, "C'est dire le mépris pour notre grève. D'autant que la famille dirigeante s'est organisée pour casser le mouvement tout le week-end. Le fils du patron assurait les projections, le directeur général vendait les confiseries et son épouse s'occupait de la billetterie".De plus, relate le syndicaliste lorsque les grévistes remettaient des tracts aux passants et clients, "la direction leur offrait immédiatement des places gratuites pour s'excuser du désagrément".

La direction du Cinépalmes confirme n'avoir pas pu étudier les revendications plus tôt. "Aucun préavis de grève ne nous a été communiqué. Nous avons pris les revendications à notre arrivée samedi matin, mais nous avions prévenu que nous ne pourrions pas les regarder avant le début de cette semaine. Il fallait faire tourner le Cinépalmes" explique Emilie Dangles, directrice du cinéma.

Aucune date de négociation n'est prévue pour le moment. Le cinéma fonctionne normalement grâce aux intérimaires prévus pour les vacances ainsi qu'avec le concours d'un seul des 21 employés. Et la direction "continue de mettre la main à la patte", précise Emilie Dangles.

Le conseil syndical de la CFDT, prévu de longue date pour ce mardi 13 octobre, se tiendra devant le Cinépalmes. Les grévistes prévoient par ailleurs de demander l'arbitrage de la direction générale du travail et de l'emploi. Ils n'excluent pas d'engager un recours devant les prud'hommes.

Cette grève a lieu, par ailleurs, à quelques jours du festival Ekwa, prévu du 23 au 31 octobre, au Cinépalmes.

www.ipreunion
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)