Le centre des impôts en grève :

"On a besoin d'agents pour travailler"


Publié / Actualisé
A l'appel d'une intersyndicale qui réunit la CGTR, la CFDT, SNUI-Solidaire et FO, entre 70 et 80% des agents des impôts et du trésor public sont en grève ce jeudi 3 décembre 2009 pour manifester leur rejet des 11 suppressions d'emplois annoncées pour la fin de l'année. Ils sont près d'une centaine de grévistes rassemblés devant le centre des impôts du Barachois (Saint-Denis). Un rendez-vous avec l'adjoint délégué du directeur général des impôts, M. Christian Ratel est prévu à 15h cet après-midi.
A l'appel d'une intersyndicale qui réunit la CGTR, la CFDT, SNUI-Solidaire et FO, entre 70 et 80% des agents des impôts et du trésor public sont en grève ce jeudi 3 décembre 2009 pour manifester leur rejet des 11 suppressions d'emplois annoncées pour la fin de l'année. Ils sont près d'une centaine de grévistes rassemblés devant le centre des impôts du Barachois (Saint-Denis). Un rendez-vous avec l'adjoint délégué du directeur général des impôts, M. Christian Ratel est prévu à 15h cet après-midi.
" Nous étions déjà en sous-effectifs. C'est inadmissible" s'insurge Jean-François Maillot, secrétaire départemental CGTR des impôts et porte-parole de l'intersyndicale.
Il y a environ six mois, la médecine du travail avait confirmé la nette dégradation des conditions de travail selon le syndicaliste.

Dans le centre d'impôts, on dénombre un agent pour 1800 habitants à la Réunion contre un agent pour 1000 habitants en métropole. Au trésor public, un agent est en charge de 2500 habitants sur l'île contre un agent pour 1500 habitants en métropole.

"Cette suppression d'emploi est une véritable agression à notre égard. Non seulement nous étions déjà moins nombreux qu'en métropole mais en outre les réunionnais viennent plus nous voir que les métropolitains. Une partie de la population a un compte en banque mais pas de chéquier par exemple et ces gens là viennent payer chez nous", insiste Jean-François Maillot.

Si les négociations avec l'adjoint délégué de la direction générale n'abouti pas, les agents des impôts et du Trésor Public affirment qu'ils organiseront des débrayages et des actions ponctuelles sans exclure une reconduction de la grève. "S'ils veulent nous pourrir la vie, on va leur pourrir la leur aussi. On ne se laissera pas faire" déclare le porte-parole de l'intersyndicale.

A la Réunion, on comptabilise 850 agents au total (450 aux impôts, 400 au Trésor Public) contre 120.000 agents en métropole (70.000 aux impôts, 50.000 au Trésor Public)

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !