Les ex-salariés de l'ARAST toujours mobilisés :

Une deuxième nuit de camping


Publié / Actualisé
Une soixantaine d'ex-salariés de l'Arast (association régionale d'accompagnement social territorialisé) demeure au conseil général ce mercredi 6 janvier 2010 en fin d'après-midi. Ils seront une vingtaine à camper sur place pour la deuxième nuit consécutive. Nassimah Dindar, la présidente du Département est arrivée sur l'île ce mercredi. Elle a passé l'après-midi à étudier ce conflit avec ses conseillers et devraient venir à la rencontre des manifestants dans la journée de jeudi.
Une soixantaine d'ex-salariés de l'Arast (association régionale d'accompagnement social territorialisé) demeure au conseil général ce mercredi 6 janvier 2010 en fin d'après-midi. Ils seront une vingtaine à camper sur place pour la deuxième nuit consécutive. Nassimah Dindar, la présidente du Département est arrivée sur l'île ce mercredi. Elle a passé l'après-midi à étudier ce conflit avec ses conseillers et devraient venir à la rencontre des manifestants dans la journée de jeudi.
Les ex-salariés de l'Arast exigent d'être reçus par un élu du Département afin d'obtenir une aide d'urgence en attendant que l'imbroglio autour de l'entité responsable de leur verser leurs indemnités de licenciement soit réglé.

Pour accélérer le processus, les travailleurs sociaux ont décidé de saisir la Justice. Afin de déterminer si l'AGS (Association pour la gestion du régime d'assurance des créances des salariés) est véritablement dans son droit en ne versant pas les indemnités de licenciement. Ils déposeront une demande de jugement en référé dès que le délai de réflexion de cinq jours accordé à l'organisme qui a perçu les cotisations patronales de l'Arast sera écoulé, soit ce jeudi. La demande devrait donc atterrir sur le bureau de leur avocat dès ce vendredi 8 janvier au matin.

Depuis plus d'une semaine, les anciens de l'Arast manifestent leur désarroi avec force et détermination. La journée de ce mardi 5 janvier a connu de nombreuses manifestations : au conseil général, à la préfecture, au siège de l'AGS pour finalement de nouveau se retourner contre le Département, où une trentaine de manifestants a passé la nuit.

Les 1 196 employés de l'association d'aide à domicile sont sans le sou depuis le 28 novembre 2009, date de sa liquidation judiciaire. Depuis, l'AGS et le conseil général se rejettent la responsabilité du traitement des dossiers des anciens de l'association d'aide à domicile et de protection de l'enfance.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !