SDIS :

Le colonel de la discorde


Publié / Actualisé
Le mécontentement gronde chez les pompiers du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS). Et pour cause, ils dénoncent la nomination d'un troisième colonel venant de métropole pour prendre la place du colonel Caroli dont le poste était vacant depuis décembre 2009. Un " collectif des personnels et agents du SDIS " a donc été créé. Une délégation a rencontré la présidente du conseil général Nassimah Dindar ce lundi 12 avril 2010 pour faire part de la préoccupation de leurs collègues mais en vain. " C'est une décision du préfet, plus rien n'est possible ", ont indiqué les soldats du feu au sortir de leur réunion.
Le mécontentement gronde chez les pompiers du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS). Et pour cause, ils dénoncent la nomination d'un troisième colonel venant de métropole pour prendre la place du colonel Caroli dont le poste était vacant depuis décembre 2009. Un " collectif des personnels et agents du SDIS " a donc été créé. Une délégation a rencontré la présidente du conseil général Nassimah Dindar ce lundi 12 avril 2010 pour faire part de la préoccupation de leurs collègues mais en vain. " C'est une décision du préfet, plus rien n'est possible ", ont indiqué les soldats du feu au sortir de leur réunion.
Les pompiers dénoncent deux choses, d'une part " deux colonels suffisent pour La Réunion ", expliquent-ils. De plus, ils estiment que ce nouveau chef " n'a pas les diplômes pour gérer un SDIS de catégorie 2 ". Et quitte à nommer un troisième colonel, les agents du SDIS préfèrent que ce soit le colonel Loubry, directeur du SDIS de 2001 à 2006.

D'autre part, " la prime de 200 000 euros accordée à ce colonel est scandaleuse alors que la situation du personnel et des structures est alarmante ". " Nous demandons depuis des mois la rénovation de la caserne de Saint-Denis. Cette somme pourrait être immédiatement investie pour cela ", s'indigne un membre de la délégation.

Mais ces revendications n'ont pas été entendues. " C'est une décision du préfet, plus rien n'est possible ", ont indiqué les soldats du feu au sortir de leur réunion avec Nassimah Dindar. Néanmoins, ils ont tout même obtenu " des garanties sur l'avancement de carrière d'un certain nombre d'agents ".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !