Face à la crise économique et sociale :

J.H. Ratenon : "Il faut un nouveau COSPAR"


Publié / Actualisé
"Nous appelons à un grand mouvement de solidarité réunionnaise, à un nouveau COSPAR (ndlr : collectif contre la vie chère) qui pose les bases d'une nouvelle gouvernance", lance Jean-Hugues Ratenon, président de l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP). Pour le responsable associatif, le constat est simple, "il y a un malaise profond dans la société réunionnaise". La faute, selon lui, à "l'incapacité de notre gouvernance à trouver des solutions", concernant notamment le problème de la vie chère, de la montée du chômage ou encore l'aide aux personnes dans le besoin. "Et le plan d'austérité préconisé par le gouvernement n'arrangera rien", prévient le responsable du collectif.
"Nous appelons à un grand mouvement de solidarité réunionnaise, à un nouveau COSPAR (ndlr : collectif contre la vie chère) qui pose les bases d'une nouvelle gouvernance", lance Jean-Hugues Ratenon, président de l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP). Pour le responsable associatif, le constat est simple, "il y a un malaise profond dans la société réunionnaise". La faute, selon lui, à "l'incapacité de notre gouvernance à trouver des solutions", concernant notamment le problème de la vie chère, de la montée du chômage ou encore l'aide aux personnes dans le besoin. "Et le plan d'austérité préconisé par le gouvernement n'arrangera rien", prévient le responsable du collectif.
La Réunion pourrait-elle connaître de nouveau le mouvement social qui l'a secouée en mars 2009 ? C'est en tout cas le souhait de Jean-Hugues Ratenon qui rappelle "qu'à ce jour, le manque de pouvoir d'achat reste le problème crucial des Réunionnaises et des Réunionnais". Avec cette "crise européenne" qui frappe la France, le président de l'ARCP n'est guère optimiste. "Les entreprises sont à l'agonie, les foyers réunionnais sont inquiets. De plus, les prix continuent d'augmenter, auxquels s'ajoutent d'autres postes de dépense", constate t-il. "La pauvreté gagne du terrain", dénonce t-il.

Le représentant du collectif n'hésite pas à égratigner au passager l'Observatoire des prix et des revenus à La Réunion qu'il qualifie de "bidon". Même sort pour le principe de sur rémunération des agents de la fonction publique qui "crée une injustice sur le territoire", selon Jean-Hugues Ratenon. "Pourquoi certaines familles auraient droit à une prime en compensation de la vie chère et pas les autres ?", s'interroge t-il. "Le moment est venu de régler ce problème car la vie est chère pour tout le monde", poursuit-il.

Face à cette situation, l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté fait part de ses préconisations. D'abord, pour les travailleurs pauvres, elle demande la "pérennisation" du dispositif RSTA (revenu supplémentaire temporaire d'activité) à partir de 2012 (année à laquelle il prend fin) et l'application du RSA (revenu de solidarité active) "dans les plus brefs délais" (son entrée en vigueur est prévue en 2011). Pour ceux qui sont privés d'emploi "bénéficiant des minima sociaux et vivant dans la grande pauvreté", l'ARCP exige la mise en place d'un "dispositif d'aide à l'amélioration du pouvoir d'achat à travers une carte achat consommation". "Il s'agirait de donner des bons d'achats à ces personnes pour qu'elles puissent acheter des produits pré-selectionnés. Il ne s'agit que de pistes. Les discussions sont en cours avec la grande distribution", indique le président du collectif.

Jean-Hugues Ratenon va plus loin en proposant la mise en place d'un "nouveau COSPAR, alliance des sur rémunérés et des sous rémunérés". Quid de sa forme ? "Cela devra faire l'objet de discussions avec les partenaires", répond le membre de l'association. Il estime que la forme précédente "n'était pas la bonne". "Il manquait d'unité politique", regrette t-il. Puis Jean-Hugues Ratenon termine en citant Ivan Hoareau, secrétaire général à la CGTR : "Si rien n'est fait, il y aura une explosion sociale à La Réunion".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !