Infirmité motrice cérébrale :

Un congrès à La Réunion


Publié / Actualisé
La Réunion accueille, le 29 et 30 septembre 2010, le congrès national de l'infirmité motrice cérébrale qui se tiendra au Grand Hôtel du Lagon à la Saline les Bains. Une délégation de 145 personnes dont 48 infirmes vient découvrir La Réunion. Ce congrès est organisé conjointement avec la fédération française des associations d'infirmes moteurs cérébraux (FFAIMC) et l'association Saint-François d'Assise (ASFA). Cette rencontre avec différents professionnels de la Réunion et de métropole ainsi qu'avec des élus locaux sera l'occasion de faire le point sur la situation à La Réunion. La priorité étant "l'accès à tout, pour tous et le logement adapté". Ce n'est pas un hasard si le congrès s'intitule "Citoyens comme les autres".
La Réunion accueille, le 29 et 30 septembre 2010, le congrès national de l'infirmité motrice cérébrale qui se tiendra au Grand Hôtel du Lagon à la Saline les Bains. Une délégation de 145 personnes dont 48 infirmes vient découvrir La Réunion. Ce congrès est organisé conjointement avec la fédération française des associations d'infirmes moteurs cérébraux (FFAIMC) et l'association Saint-François d'Assise (ASFA). Cette rencontre avec différents professionnels de la Réunion et de métropole ainsi qu'avec des élus locaux sera l'occasion de faire le point sur la situation à La Réunion. La priorité étant "l'accès à tout, pour tous et le logement adapté". Ce n'est pas un hasard si le congrès s'intitule "Citoyens comme les autres".
L'infirmité motrice cérébrale est la plus fréquente des déficiences motrices de l'enfant. Elle concerne plus de 2,5 enfants sur 1000 naissances et représente plus de 120 000 personnes en France. Les atteintes provoquent notamment des déficits de la motricité, parfois associées à d'autres troubles. Dans son dossier la fédération explique que la gravité des atteintes est variable, ce qui rend difficile la lisibilité de cette pathologie qui n'est pas d'origine génétique.

A la Réunion, trois associations gèrent des établissements qui proposent une palette de prise en charge d'infirmes moteurs cérébraux, en institution ou à domicile : L'ASFA, la fondation Père Favron, l'association Levavasseur. La FFAIMC précise que la prise en charge du handicape se heurte principalement à l'insuffisance du nombre de places existantes. A noter que La Réunion est un des départements français le moins bien équipé concernant l'accueil des enfants et des adultes handicapés. Et à ce jour, toujours selon la fédération "aucune source ne permet d'avoir de renseignements sur les enfants en attentes d'un placement institutionnel".


   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !