Conseil général :

Une convention sur le service civique


Publié / Actualisé
Martin Hirsch, président de l'Agence du service civique et Nassimah Dindar ont signé lundi 21 février 2011, une convention sur ce dispositif de prise en charge de la jeunesse en difficulté.
Martin Hirsch, président de l'Agence du service civique et Nassimah Dindar ont signé lundi 21 février 2011, une convention sur ce dispositif de prise en charge de la jeunesse en difficulté.
Le Conseil général a établit un nouveau partenariat avec l'Agence du service civique présidé par Martin Hirsch, pour la mise en ?uvre en 2011, de contrats de service civique à la Réunion, lundi 21 février.

Ce dispositif national offre la possibilité aux jeunes d'au moins 16 ans, de s'engager volontairement sur une période de 6 à 24 mois pour une mission au service de la collectivité et de l'intérêt général. Ouvert aux diplômés comme aux non diplômés, il entend offrir une alternative temporaire au très fort taux de chômage qui touche les jeunes. Dans l'île, plus de 50% des moins de 25 ans n'ont pas d'emploi.

Si plus de 200 contrats ont déjà été signés dans l'île depuis la mise en place du système en 2010 , les élus locaux souhaitent que 2000 soient signés cette année. Ce à quoi Martin Hirsch a répondu par la négative. " Je n'en ai pas les moyens. Ni pour cette année, ni pour 2012 vraisemblablement ", a-t-il annoncé.

Sur le principe, ce dispositif permettra à des jeunes d'échapper au chômage et travailler dans des domaines aussi variés que la santé, la sport, la mémoire, l'environnement, l'intervention d'urgence ou encore la culture et les loisirs. Le salaire avoisinera les 500 euros mensuels.

Un substitutif salué mais dont les responsables d'associations ou élus présents lors de la signature de la convention soulignent la faible ampleur. Pour Gilbert Annette, maire PS de Saint-Denis, " il ne faut pas oublier que l'attractivité du service civique est aussi lié au niveau du chômage ". Selon lui, la jeunesse réunionnaise vit " une page noire ", marquée par un fort taux de chômage et une " situation explosive ".

La présidente du Conseil Général, a profité de cette signature et de la présence de Martin Hirsch, pour présenter un nouveau dispositif de prise en charge de la jeunesse en difficulté : l'Académie des Dalons.

En projet, ce système basé sur le volontariat, proposera un an de prise en charge des jeunes en difficulté de 18 à 25 ans. D'abord, les personnes sélectionnées sur des critères sociaux et de motivation, suivront un parcours de 12 mois répartis en trois étapes. D'abord, trois mois d'internat permettant de diagnostiquer les difficultés, six mois en externat avec participation à des chantiers et activités sportives, puis trois mois de soutien pour aider à l'orientation.

Nassimah Dindar a également annoncé l'ouverture à Saint-Leu et Saint-Denis de deux nouveaux internats entièrement financés par le Conseil général, pour les 11-16 ans en situation de rupture scolaire.

Marine Veith pour ipreunion.com
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !