Centre technique communal de Saint-Benoît :

Débrayage des employés communaux


Publié / Actualisé
Une dizaine d'employés du centre technique communal de Saint-Benoît ont débrayé ce lundi matin, 14 mars 2011, pour protester contre "le manque d'hygiène et de sécurité" dans les locaux. Un débrayage en guise d'avertissement, confient les salariés. "Si rien n'est fait pour améliorer la situation, nous entrerons en grève illimité", promettent-ils.
Une dizaine d'employés du centre technique communal de Saint-Benoît ont débrayé ce lundi matin, 14 mars 2011, pour protester contre "le manque d'hygiène et de sécurité" dans les locaux. Un débrayage en guise d'avertissement, confient les salariés. "Si rien n'est fait pour améliorer la situation, nous entrerons en grève illimité", promettent-ils.
Selon Fabrice Juppin de Fondaumière, représentant du Sdu Clias FSU, "il y a des problèmes de sécurité et d'hygiène au centre technique communal". "Les tenues de certains salariés n'ont pas été changées depuis presque 2 ans, le local des gardiens n'est pas entretenu, il n'y a pas de filtrage à l'entrée du CTC en journée, et les agents manquent de moyens matériels pour travailler en sécurité", détaille le syndicaliste.

Il dénonce aussi "des pressions de la part des supérieurs hiérarchiques". Pressions qui auraient poussé, selon les manifestants, certains salariés à reprendre le travail lors du débrayage de ce lundi matin. "Toutes ces doléances ont été présentées à la direction mais nous n'avons jamais obtenu de réponse", regrettant Fabrice Juppin de Fondaumière.

Un préavis de grève illimité a été déposé le 7 mars dernier. Les salariés ne souhaitaient pas entrer en conflit en cette période de campagne électorale "mais nous devons réagir parce qu'il y a urgence", affirme le représentant syndical. D'où le débrayage de ce lundi matin. "C'est une forme d'avertissement pour demander à la direction d'ouvrir le dialogue. Si rien n'est fait, nous entrerons en grève illimitée après les cantonales", prévient-il. Les manifestants ont prévu de reprendre le travail cet après-midi.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !