Assemblée plénière du conseil général :

Un projet de mandature sur trois axes


Publié / Actualisé
Les conseillers généraux se réunissent ce mercredi 8 juin 2011 en assemblée plénière. L'occasion pour la nouvelle majorité départementale de décliner son projet pour la mandature 2011 - 2014, deux mois après les élections cantonales. Ce projet de mandature tourne autour de trois axes afin de "répondre à l'urgence sociale" : un plan départemental pour la famille réunionnaise, un plan départemental pour l'insertion des Réunionnais et un plan départemental pour construire La Réunion de demain.
Les conseillers généraux se réunissent ce mercredi 8 juin 2011 en assemblée plénière. L'occasion pour la nouvelle majorité départementale de décliner son projet pour la mandature 2011 - 2014, deux mois après les élections cantonales. Ce projet de mandature tourne autour de trois axes afin de "répondre à l'urgence sociale" : un plan départemental pour la famille réunionnaise, un plan départemental pour l'insertion des Réunionnais et un plan départemental pour construire La Réunion de demain.
La nouvelle majorité départementale doit faire face à une problématique durant cette mandature 2011 - 2014 : "comment renforcer l'action sociale à budget constant dans un contexte de rigueur budgétaire et de dégradation de la situation sociale ?", s'interroge Nassimah Dindar. "Les défis que nous devrons relever durant ces trois prochaines années sont colossaux", ajoute-t-il. C'est pour répondre à la situation "d'urgence sociale" que la majorité départementale a choisi d'esquisser un plan d'actions qualifié "d'ambitieux" et qui tourne autour de trois axes : l'action sociale en faveur de la famille réunionnaise, l'insertion des Réunionnais et les projets structurants.

Dans le cadre de sa compétence sociale, le premier axe d'action vise à "l'accompagnement et la construction des parcours de vie de chaque public" (enfants, collégiens et étudiants, adultes en difficultés, personnes âgées et handicapées). Parmi les nouvelles actions qui seront mises en place pour la petite enfance, on peut citer la création de "maisons des assistantes maternelles" et de "crèches et garderies privées collectives". La protection des familles en danger fait également partie des priorités de la mandature avec notamment la création de deux nouveaux foyers d'accueil des enfants, dans l'est et dans l'ouest. Le foyer de Terre Rouge sera quant à lui réhabilité.

Concernant le domaine de l'éducation et de l'aide à "la réussite des jeunes", de nouvelles mesures sont prévues dans l'accompagnement tout d'abord des collégiens (amélioration de l'accès aux nouvelles technologies, accompagnement renforcé des parents d'élèves, la création d'une carte loisirs). Ensuite des 16-25 ans (optimisation de la bourse départementale, aide à la mobilité des étudiants vers l'internationale, création d'une instance citoyenne de la jeunesse). Enfin des jeunes diplômés (création par le conseil général de postes spécifiques pour aider les jeunes diplômés à accéder à l'emploi dans la fonction publique et amplification de la politique d'apprentissage au sein de la collectivité).

Pour les jeunes les plus éloignés de l'emploi, les conseillers généraux de la majorité annoncent la création de "l'académie des dalons" afin de permettre la réinsertion de jeunes en situation d'exclusion. Le service civique volontaire sera développé tout comme plusieurs dispositifs d'aides à l'insertion dans le monde professionnel (pack jeune citoyen, contrat d'immersion en entreprise, contrat premier emploi...). Des mesures seront également prises en faveur des chômeurs pour permettre leur réinsertion professionnelle sur le plan local mais aussi grâce à la mobilité.

Dans le domaine de la cohésion familiale, les premières mesures annoncées concernent les familles modestes, notamment dans les domaines des transports, du logement, et de la santé. Concernant les personnes vulnérables (personnes âgées et handicapées), la majorité départementale annonce un "renforcement" des actions en faveur de ces publics.

L'autre axe d'action concerne l'insertion des Réunionnais. Une insertion qui passe par la création d'emplois dans des secteurs "porteurs et créateurs d'emploi immédiatement". Il s'agit d'une part du secteur du logement. La collectivité souhaite favoriser un travail concerté entre les différentes collectivités et l'Etat afin d'accroître le nombre de logements construits. Autres secteurs jugés "porteurs", les services à la personne, l'agriculture (dans l'objectif d'atteindre l'autosuffisance alimentaire), l'environnement et le BTP. Dans ce dernier secteur, le Département annonce qu'il poursuivra son "effort d'investissement" de 180 millions d'euros par an pour "maintenir le niveau de la commande publique".

Le dernier axe d'action se fixe comme objectif de "construire La Réunion de demain". Cet axe comprend notamment "l'optimisation de la politique de déplacement favorisant le transport collectif". Pierre Vergès a rappelé que Département et Région étaient prêts à travailler "main dans la main" afin de permettre la création d'une autorité organisatrice de transport. La modernisation des routes départementales, la valorisation des espaces ruraux et agricoles, le développement d'une "politique solidaire de l'eau" font aussi partie des projets de la mandature. Le conseil général souhaite enfin développer la coopération régionale dans la zone ainsi qu'avec les pays d'Asie.

Le projet présenté par Nassimah Dindar a été salué par la majorité départementale qui a voté en sa faveur. L'opposition s'est quant à elle montrée perplexe et s'est abstenue, estimant que ce projet était "vide". "On reprend les vieilles recettes qui ont marché, on les mélange et on les présente dans ce plan en trois axes. Ce n'est pas avec un projet pareil que nous allons faire la révolution sociale. Nous n'avons pas été élu pour plaire mais pour faire", a fustigé Cyrille Hamilcaro, conseiller général de l'opposition, égratignant au passage les priorités du Département : le logement, l'enfance, les publics vulnérables, l'insertion et le développement durable.

L'ancien maire de Saint-Louis a maladroitement ironisé : "à force de courir derrière cinq lapins, on n'avancera pas car on n'aura pas choisi le meilleur lapin qu'on devrait tirer", provoquant l'hilarité du public présent. "Nous n'avons pas été élus pour plaire mais pour faire. Mais dans un contexte de rigueur budgétaire, nous avons des choix à faire. Nous devons donc établir des priorités et nous ne le cachons pas aux Réunionnais. C'est sur ce projet que nous avons été élu", a rétorqué Nassimah Dindar. Thierry Robert a ensuite signalé que "le temps des élections est terminé. L'heure est à l'action. Les Réunionnais jugeront de la qualité de ce projet en 2014".

La présidente du conseil général a annoncé l'application des premières mesures de ce projet de mandature "dès la prochaine assemblée plénière du conseil général", le 29 juin prochain.

Les autres sujets à l'ordre du jours sont les désignations des conseillers généraux pour représenter le Département dans les organismes extérieurs ainsi l'actualisation des effectifs. A ce sujet, les conseillers généraux devront se prononcer sur le transfert de 53 salariés de l'ADI (agence départementale d'insertion) vers le conseil général.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !