Social :

Les salariés de l'AASSPIF en grève


Publié / Actualisé
Une quinzaine de salariés de l'AASSPIF (association d'action sanitaire et sociale pour la prévention, l'insertion et la formation) s'est rassemblée ce lundi 24 octobre 2011 au Conseil général pour un mouvement de grève illimitée. Habilitée par l'AEMO (action éducative en milieu ouvert), l'association a repris en grande partie les mesures éducatives de l'Arast. Les salariés se mobilisent pour réclamer la démission du nouveau directeur, en place depuis mai 2011, dénonçant des licenciements à répétition et sans raison apparente, le non-renouvellement de contrats, et un management par la peur et le chantage.
Une quinzaine de salariés de l'AASSPIF (association d'action sanitaire et sociale pour la prévention, l'insertion et la formation) s'est rassemblée ce lundi 24 octobre 2011 au Conseil général pour un mouvement de grève illimitée. Habilitée par l'AEMO (action éducative en milieu ouvert), l'association a repris en grande partie les mesures éducatives de l'Arast. Les salariés se mobilisent pour réclamer la démission du nouveau directeur, en place depuis mai 2011, dénonçant des licenciements à répétition et sans raison apparente, le non-renouvellement de contrats, et un management par la peur et le chantage.
"Les salariés sont en souffrance. Nous subissons une pression constante depuis la mise en place de la nouvelle direction en mai dernier. Nous sommes victimes de harcèlement moral, ce qui a des répercussions sur notre travail. On est maltraité, voir malmené, et on a tellement peur que nous ne sommes plus en mesure d'apporter des réponses à notre public", regrette l'une des salariées de l'association qui souhaite rester sous couvert d'anonymat.

Le psychologue de l'AASSPIF est aussi venu apporter son soutien à ce mouvement. "Notre directeur vient du champ sportif, il n'a aucune compétence dans le social. Il pratique un management par la peur. Il procède à des non-renouvellements de contrats, alors que les personnes sont compétentes. Moi-même, en tant que psychologue, on a voulu me transférer au siège de l'association, dans la partie administrative, alors que mon travail s'effectue avant tout auprès des enfants en difficulté dans les différentes antennes de l'association", explique-t-il.

Les salariés pointent du doigt le manque de communication et de lisibilité sur les comptes et la gestion de l'association. "Pour dire stop aux mutations abusives et à la pression quotidienne, nous sommes en grève illimitée. Nous réclamons la démission de la direction", annonce un membre de l'association.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !