Arast - Mobilisation devant le conseil général :

Grève de la faim annoncée


Publié / Actualisé
Après près de 20 nuits passées devant les grilles du conseil général, le combat des anciens salariés de l'Arast (association régionale d'accompagnement social territorialisé) prend une nouvelle ampleur. À compter de ce mercredi 21 décembre 2011, Carmen Allié, une personne extérieure au personnel de l'ancienne association est en grève de la faim. Elle est suivie dans sa démarche par Paul Junot, secrétaire général de la CFTC, à la tête de la mobilisation. "C'est une façon pour elle de marquer son soutien", explique Paul Junot. Depuis le mercredi 30 novembre 2011, une dizaine d'anciens salariés demandent une entrevue avec Nassimah Dindar, présidente du conseil général, afin de discuter de leur situation. En vain. Ils réclament également le versement de leurs indemnités de licenciement, deux ans après la liquidation de l'association.
Après près de 20 nuits passées devant les grilles du conseil général, le combat des anciens salariés de l'Arast (association régionale d'accompagnement social territorialisé) prend une nouvelle ampleur. À compter de ce mercredi 21 décembre 2011, Carmen Allié, une personne extérieure au personnel de l'ancienne association est en grève de la faim. Elle est suivie dans sa démarche par Paul Junot, secrétaire général de la CFTC, à la tête de la mobilisation. "C'est une façon pour elle de marquer son soutien", explique Paul Junot. Depuis le mercredi 30 novembre 2011, une dizaine d'anciens salariés demandent une entrevue avec Nassimah Dindar, présidente du conseil général, afin de discuter de leur situation. En vain. Ils réclament également le versement de leurs indemnités de licenciement, deux ans après la liquidation de l'association.
Selon Paul Junot, la décision de Carmen Allié d'entamer une grève de la faim a été prise en signe de "solidarité". "C'est un engagement très fort de sa part, elle qui suit le mouvement depuis 2010", indique le syndicaliste.

Installé depuis près de vingt jours avec une dizaine d'ex-salariés de l'ancienne structure devant les grilles du Palais de la Source, Paul Junot a souhaité, lui aussi, accompagné la conseillère municipale d'opposition à Saint-Denis dans sa démarche. Une action pour "donner à réfléchir aux responsables politiques" et obtenir un entretien avec la présidente du conseil général. Il précise que cette grève de la faim "prendra le temps qu'il faudra" et que d'autres anciens salariés "envisagent de les rejoindre" pour se faire entendre.

Paul Junot estime, en substance, que les anciens salariés ne peuvent quitter ce combat, au regard du soutien recueilli auprès de la population, ajoutant qu'"une signature au plus tôt du conseil général est tout à leur bénéfice". "C'est un problème d'égo, de personne", commente-t-il.

"Quoiqu'il en soit, nous espérons avancer. Nous avons toutes les raisons de croire en ce combat", conclut le syndicaliste.

Pour rappel, le mercredi 30 novembre 2011, en milieu de matinée, une petite dizaine d'anciens salariés de l'Arast avait investi le Conseil général pour réclamer le paiement de leurs indemnités de licenciement. Ils avaient été évacués, par la suite, vers 21 heures, par les forces de l'ordre. Depuis, ils campent devant les grilles du Palais de la Source.


   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !