Finances publiques :

La CGTR dénonce les suppressions de poste


Publié / Actualisé
Ce vendredi 6 janvier 2012, ils étaient une trentaine à avoir répondu favorablement à l'appel de la CGTR Finances publiques pour un rassemblement devant les locaux de la direction régionale des finances publiques à Saint-Denis. Une réunion où le syndicat a dénoncé encore une fois les suppressions de postes dans le secteur. "Aujourd'hui, le comité technique local est convoqué par la direction pour valider la suppression de 9 emplois à La Réunion en 2012. La situation ne fait que s'empirer après les 11 suppressions en 2010 et les 7 suppressions en 2011", annonce Pierrick Ollivier, secrétaire départemental de la CGTR Finances publiques.
Ce vendredi 6 janvier 2012, ils étaient une trentaine à avoir répondu favorablement à l'appel de la CGTR Finances publiques pour un rassemblement devant les locaux de la direction régionale des finances publiques à Saint-Denis. Une réunion où le syndicat a dénoncé encore une fois les suppressions de postes dans le secteur. "Aujourd'hui, le comité technique local est convoqué par la direction pour valider la suppression de 9 emplois à La Réunion en 2012. La situation ne fait que s'empirer après les 11 suppressions en 2010 et les 7 suppressions en 2011", annonce Pierrick Ollivier, secrétaire départemental de la CGTR Finances publiques.
"La situation est de plus en plus dégradée", regrette Pierrick Ollivier. "On est déjà en déficit d'effectifs par rapport à la métropole. Je rappelle qu'à La Réunion, il y a un agent pour 1000 habitants contre un agent pour 500 habitants en moyenne nationale", souligne-t-il. "Alors qu'il faudrait doubler notre personnel, on nous annonce chaque année des suppressions d'emplois, c'est intolérable", s'insurge-t-il.

La CGTR Finances publiques dénonce également les conditions déplorables de travail dues à ce manque de personnel. "Les files d'attentes sont interminables aux guichets, le public mécontent et le personnel sous une pression constante", insiste Pierrick Ollivier.

Le syndicat réclame ainsi l'arrêt des suppressions de poste, et demande un audit pour chiffrer le manque d'emploi dans chaque service des finances publiques. Par ailleurs, les premières signatures d'une pétition unitaire CGTR-SNUI a été remise ce vendredi à la direction des finances publiques.

La CGTR Finances publiques ne compte pas s'arrêter là. Des actions seront à venir, d'ici la fin janvier ou le début février, alors qu'une grève nationale des finances publiques est prévue dans le même temps.

Samia Omarjee pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !