Le député-maire de Saint-Leu était venu réclamer plus de contrats aidés :

Expulsé de la préfecture, Thierry Robert est victime d'un malaise


Publié / Actualisé
Les forces de l'ordre ont mis fin au campement de Thierry Robert dans l'enceinte de la préfecture ce vendredi 14 septembre 2012 peu avant 21 heures. Le député-maire de Saint-Leu avait investi la cour de la préfecture en milieu de journée pour réclamer l'attribution d'une cinquantaine de contrats aidés supplémentaires dans les écoles de sa commune. Il a été expulsé par le portail principal de la préfecture. Il s'est effondré sur le sol au bas de l'escalier, son frère à ses côtés. Suite à cette expulsion, une grosse colère se fait sentir chez les personnes qui étaient venues le soutenir. Pour Jean-Bernard Caroupaye, arrivé devant les grilles de la préfecture à 21h30, "le préfet vient d'appeler à la révolution". Dans un communiqué publié depuis Paris où elle se trouve actuellement Nassimah Dindar, présidente centriste du conseil général "déplore" l'expulsion de Thierry Robert et estime "indigne de sortir aussi fermement un élu de la République de l'enceinte d'une Préfecture"
Les forces de l'ordre ont mis fin au campement de Thierry Robert dans l'enceinte de la préfecture ce vendredi 14 septembre 2012 peu avant 21 heures. Le député-maire de Saint-Leu avait investi la cour de la préfecture en milieu de journée pour réclamer l'attribution d'une cinquantaine de contrats aidés supplémentaires dans les écoles de sa commune. Il a été expulsé par le portail principal de la préfecture. Il s'est effondré sur le sol au bas de l'escalier, son frère à ses côtés. Suite à cette expulsion, une grosse colère se fait sentir chez les personnes qui étaient venues le soutenir. Pour Jean-Bernard Caroupaye, arrivé devant les grilles de la préfecture à 21h30, "le préfet vient d'appeler à la révolution". Dans un communiqué publié depuis Paris où elle se trouve actuellement Nassimah Dindar, présidente centriste du conseil général "déplore" l'expulsion de Thierry Robert et estime "indigne de sortir aussi fermement un élu de la République de l'enceinte d'une Préfecture"

01h19 : le cabinet de Thierry Robert publie le communiqué suivant : "La Préfecture, qui affirme être ouverte au dialogue n'en a pas mois fait preuve d'intransigeance face au manque réel de contrats aidés à La Réunion. Suite à une entrevue avec le sous-préfet, Thierry Robert a décidé d'aller attendre dans les jardins de la Préfecture pour obtenir une réponse positive à sa demande. C'est finalement peu avant 21 heures que le Député-Maire a été expulsé sans ménagement par le GIPN sur ordre de la Préfecture Un Député de la Nation, élu du peuple a été ainsi violenté et expulsé par les représentants de l'Etat. Suite à ce grave incident, Thierry Robert a eu un malaise et se trouve à l'heure actuelle à l'hôpital. Thierry Robert remercie tous les parents d'élèves, responsables du monde socio-économique et l'ensemble des Réunionnais qui lui ont apporté leur soutien".

23 h30 : Dans un communiqué le préfet Jean-Luc Marx indique être allé "au devant" de Thierry Robert au cours de la journée. La dernière fois à 20h45 "le préfet est à nouveau allé à la rencontre de M. Thierry ROBERT pour lui renouveler ses propositions et lui indiquer qu’il n’était pas envisageable qu’il passe la nuit dans l’enceinte de la préfecture" dit le communiqué. "Malgré les démarches réitérées du préfet pour maintenir le dialogue, M. Thierry Robert n’a pas souhaité s’inscrire dans cette démarche constructive. Aussi, comme le préfet en avait informé M. Thierry Robert, les forces de police sont intervenues à 21h00. M. Thierry Robert et les deux personnes présentes avec lui ont été accompagnées à l’extérieur de la préfecture dans le calme. Il n’a pas été fait usage de la force. Toutes les précautions ont été prises afin d’assurer la sécurité et l’intégrité physique des manifestants" souligne le communiqué. Le préfet rappelle aussi que "la commission (sur l'attribution des contrats aidés - ndlr) se réunira à nouveau d’ici la fin du mois de septembre pour dresser un bilan de l’utilisation des moyens alloués à La Réunion et examiner les besoins supplémentaires exprimés par les employeurs et les moyens d’y répondre".

22h58 : Une vingtaine de personnes est en train de s'installer pour passer la nuit devant la préfecture. Une tente a été montée. "Nous allons rester là tout le week end. La préfecture a lancé les hostilités, il va falloir qu'il assume maintenant", lancent plusieurs personnes.

22h54 : Nassimah Dindar publie un communiqué condamnant l'attitude de l'État "Suite aux images et aux commentaires parus sur les sites d’information,  je ne peux que déplorer cet acte.  Il est en effet indigne de sortir aussi fermement un élu de la République de l’enceinte d’une Préfecture. Je condamne cet acte inapproprié et je souhaite un prompt rétablissement à mon collègue et ami Thierry Robert. Qu’il sache qu’il peut compter sur mon entier soutien" note le communiqué.

22h25 : Thierry Robert a été hospitalisé au CHU de Bellepierre depuis environ une heure. Il est sous perfusion et dans un état semi-conscient.

21h30 : Jean-Bernard Caroupaye est arrivé devant les grilles de la préfecture. Pour lui, "le préfet vient d'appeler à la révolution" et "la situation va empirer". Il a lancé un appel "à la mobilisation à toute la population qui a soutenu Thierry Robert". "C'est un élu de la République, il a été traité comme un moins que rien. Ce n'est pas possible, c'est inadmissible, on ne peut pas le traiter comme ça", dit Jean-Bernard Caroupaye.

Vers 21h10, Thierry Robert était sur le point d'être évacué vers l'hôpital de Bellepierre, une minerve autour du cou. Une grosse colère se fait ressentir chez les personnes encore présentes devant les grilles de la préfecture. "On n'est pas des chiens ! Demain, on va revenir et on va mettre le feu dans la préfecture", s'insurge l'une des personnes soutenant le député-maire de Saint-Leu. Pierrick Robert s'est pour sa part exprimé : "On voit ce soir que le Réunionnais ne peut pas s'exprimer. Je ne dis pas ça parce que c'est mon frère mais parce que c'est la vérité. On l'a jeté dehors comme un chien alors qu'il était venu défendre la population". Il a ajouté : "Le préfet doit prendre ses responsabilités. Je ne sais pas ce qu'il va se passer demain".

Peu avant 21 heures, Thierry Robert a littéralement été porté par des policiers du GIPN (groupement d'intervention de la police nationale) en dehors de l'enceinte de la préfecture. Arrivé au pied de l'escalier, le député-maire de Saint-Leu s'est effondré, victime d'un malaise.

Dans l'histoire de la Ve République, c'est sans doute l'une des rares fois, voire la seule fois, où un député se fait évacuer manu militari d'une préfecture, de laquelle il refusait de sortir. Rappelons en effet que Thierry Robert, député-maire de Saint-Leu, avait décidé d'occuper l'enceinte de la préfecture en attendant une réponse positive quant à sa demande d'attribution d'une cinquantaine de contrats aidés supplémentaires pour les écoles de sa commune. Il s'apprêtait à passer la nuit dans une tente, dans la cour de la préfecture.

www.ipreunion.com

   

20 Commentaire(s)

Anga, Posté
D'un député, on n'attend pas qu'il fasse le guignol mais qu'il travaille sérieusement à l'assemblée ! On n'attend pas de lui non plus qu'il fasse tabasser des journalistes !
Citoyenne, Posté
Pauvre La Réunion avec des 'représentants du peuple' qui sont de tristes clown... Pauvre de nous!
PUCANU , Posté
Une fois de plus, des représentants supposés de l'ordre, se prennent pour les nervis de je ne sais quel donneur d'ordre.Une preuve de plus que nous sommes des otages de quelques uns et non, comme on nous le serine, des citoyens.Combien de temps cela va-t-il durer???
Oui il était là, Posté
Oui Ratenon était là; Leperlier on le cherche toujours
Sky, Posté
Je suis heureux d'apprendre que je ne suis pas le seul à chercher Gilles Leperlier jeune révolutionnaire du PCR au fait hier soir Jean Luc Ratenon était-il la ? merci de m'informer
Choupette, Posté
c est honteux de traiter un elu de cette facon
Mimina, Posté
ban denfoiré vous n'avez pas le droit de faire ceci
NIKITA , Posté
Le changement c maintenant lol dossier chaud bouillant bienvenue chez nous monsieur le préfet et comme je l'avais dit dans un poste précédent sur un autre sujet .......nos politiciens à la réunion des amateurs et magouilleurs et alimentaires ......défendre le peuple c'est un leurre....... pou sa meme nou reste dande fé noirrn
Magic, Posté
LES PHOTOS DU BOUFFON DE SAINT-LEU DERRIRE LES BARREAUX DE LA PREFECTURE SONT BIEN REUSSIES,IL FAUT LES GARDEES AU CHAUD. CAR SUR LES HAUTEURS DE SAINT-DENIS VOUS NE POURREZ AVOIR DE TELS CLICHEES.MAINTENANT ON ATTENDS AVEC IMPATIENCE LE BILAN DE SANTEE DE CET ELU GRAND MANIPULATEUR.TOUTES CETTE AGITATIONS C'EST POUR SA COM.A PART QUELQUES PERSONNES DONT MR CAROUPAYE PERSONNE N'EST DUPE.
Joni, Posté
Thierry Robert voulais faire un buzz... il investit la préfecture. Quel manque d'ambition c'était l'assemblée nationale qu'il fallait occuper! Thierry imagine, toi à genou devant le président de l'assemblée nationale , ça aurai fait un buzz d'enfer. Pour la révolution il faudra repasser , rarement une révolution c'est faite sur les genoux. A chacun son style , le corps et le mental Thierry Robert ont fini par craquer après plusieurs , plusieurs ... heures. Vive la révolution
Miss 974, Posté
Si c pa comme sa pour faire entendre que serai notre ile qu'il avait tord ou raison il aurait pa du etre mis dehors comme sa! Vive le nouveau préfet! Il sait pas encore qu'on es peut etre une petite ile mais on ce laice pas marcher dessus.
Revolution Man, Posté
C'est le moment de faire la révolution, c'est un scandale qu'un élu se fasse "virer" de la préfecture, d'autant qu'il était là pour défendre les plus malheureux des réunionnais, notamment ceux qui voulaient un petit, certes, contrat aidé pour faire vivre leurs familles.
Question, Posté
Quelqu'un a vu Gillles Leperlier ?
LA REVOLUTION REUNIONNAISE EST TRES TRES PROCHE .....I N A D M I S S I B L E , Posté
....
Kernavalen, Posté
L'individu est un spécialiste de la provocation. Il croit que tout le monde va obéir à ses moindres désirs et qu'il peut forcer les choses. Un personnage dans l'illégalité à été expulsé ce soir d'un endroit où il ne devait pas se trouver. Point final. Retournons vaquer à nos occupations.
Jp, Posté
vive la reunión libre et independante...
Kristyan, Posté
Encore une grosse manipulation et on retrouve les mêmes: Robert frères et Caroupaye! Même si je ne soutiens pas le préfet dans la manière qu'il a de traiter cette affaire, je constate que très vite, sur les réseaux sociaux et la page de Monsieur Robert, le service après-vente est garanti. Sorti à 21h, photo de couverture changé à 21h30 pour exposer le député-maire immobile et toujours à 21h30, statut modifié "Thierry Robert dehors, ne bouge plus".
Jp, Posté
vive la reunión libre et independante...rn
Arete un peu, Posté
Il faut que zot y arete met dans le mm sac, band voyou(JB Carou, Robert..)avec tous les reunnionnais, on récolte ce qu'on séme. Et tant aou Carou kisa ou lé ? kel révolution, kan i f o fé , ou lé pa la, pas pour les betises de ce ti ga de st leu , ou incite la Réunion a explosé.Cet y suive a ou lé bien bet...CREOLE ROUVRE ZOT YEUX arete fé manipule a zot...AU LIEU DE RODE CONTRAT AIDE...les embauches seraient MIEUX....
KABALER, Posté
Le dialogue s'impose, avant le l'explosion !rnHomme de terrain que je suis, l'éruption est imminent.rnIl est encore temps de calmer les ardeurs d'une population discriminée et trompé!rnNe jouer pas avec la misère des gens Monsieur ROBERTrnC'est marécageux!rnKabaler