Commission de transparence sur les contrats aidés :

Les associations d'emplois verts toujours dans le flou


Publié / Actualisé
La commission de la transparence sur les contrats aidés s'est réunie ce mardi 5 février 2013. Dans le même temps, une vingtaine de membres de la plateforme des associations d'emplois verts attendait devant les grilles de la préfecture, dans le but d'obtenir des éclaircissements sur la répartition des contrats aidés par commune pour 2013. En vain, ils n'ont pas eu de réponses. "Nous sommes dans le flou. Nous ne savons pas ce qui va se passer pour le renouvellement des chantiers pour mars", s'est indigné Gérard Agathe du Kolectif des salariés des associations emplois verts de La Réunion (KSAEV974). Les représentants d'associations disent rester "vigilants". À noter que 9 000 contrats aidés et 5 000 emplois d'avenir ont été alloués à La Réunion pour 2013.
La commission de la transparence sur les contrats aidés s'est réunie ce mardi 5 février 2013. Dans le même temps, une vingtaine de membres de la plateforme des associations d'emplois verts attendait devant les grilles de la préfecture, dans le but d'obtenir des éclaircissements sur la répartition des contrats aidés par commune pour 2013. En vain, ils n'ont pas eu de réponses. "Nous sommes dans le flou. Nous ne savons pas ce qui va se passer pour le renouvellement des chantiers pour mars", s'est indigné Gérard Agathe du Kolectif des salariés des associations emplois verts de La Réunion (KSAEV974). Les représentants d'associations disent rester "vigilants". À noter que 9 000 contrats aidés et 5 000 emplois d'avenir ont été alloués à La Réunion pour 2013.

Ils étaient venus obtenir des réponses concernant la répartition des contrats aidés alloués pour le maintien des 2 268 postes emplois verts. À l’issue de la commission de transparence, n'ayant aucune information, les membres de la plateforme de l’association des emplois verts sont repartis déçus. La répartition n’était, en effet, pas à l’ordre du jour. Pour les associations, c’est la grande incertitude. "Nous n’avons pas eu d’éclaircissements. Nous ne savons même pas si les chantiers vont être renouvelés pour le mois de mars", lâche, inquiet, Gérard Agathe.

Pour le représentant du KSAEV974, les choses ne sont pas claires. "Je ne comprends pas pourquoi nous n’avons pas eu le nombre de quotas. On nous cache des choses", affirme-t-il. Il pointe du doigt un "râlé poussé" des élus sur cette question. Du côté de Brigitte Naze, présidente de la plateforme des associations d’emplois verts, c’est la résignation. "300 salariés, soit 12 associations, vont bientôt rester sur le carreau", rappelle-t-elle.

À l’issue de la réunion, les participants à la commission de la transparence n’ont pas été très bavards sur la question. "On s’y perd. Ceux qui ont pondu ces contrats aidés vont s’y perdre aussi", a déclaré Thierry Robert, député-maire de Saint-Leu, notant que cette commission n’avait "rien de transparente".

Par ailleurs, lors de cette réunion, il a été question de l’allongement de la durée moyenne des contrats aidés non marchands. "L’objectif est que les 9 000 contrats aidés pour le secteur non-marchand alloués à La Réunion aient une durée moyenne de 10 mois voire 12 mois au lieu de 7 mois en 2012", indique la préfecture.

Également à l’ordre du jour : les 5 000 emplois d’avenir pour l’année 2013. Un dispositif qui peine puisque seuls 50 contrats ont été signés et plus de 200 autres sont en cours de réalisation. "Nous sommes sur le point de signer 50 contrats d’avenir à Saint-Joseph. Mais si la Région et le conseil général étaient prêts à prendre le tiers résiduel, nous aurions pris 175 contrats d’avenir", a expliqué Patrick Lebreton, député-maire de Saint-Joseph, avant de demander que "les collectivités mettent au pot". "Si à la fin de l’année, 2 000 contrats repartent, chacun devra prendre ses responsabilités", a-t-il ajouté. "Les grandes collectivités doivent s’impliquer", a, pour sa part, affirmé Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne. Il s’est, par ailleurs, félicité que cette commission eu le mérite de reconnaître la situation grave de La Réunion concernant les chiffres du chômage mais a toutefois regretté que "la participation de l’État sur les contrats aidés passe de 80% à moins de 70% en moyenne en 2013".

En attendant, les associations d’emplois verts disent rester vigilantes. Elles se tournent maintenant vers la réunion du guichet unique sur les contrats aidés qui se tiendra le 13 février.

 

   

1 Commentaire(s)

Pier, Posté
C est un combat juste et pour la reunion que mène ces personnes de la plate forme et le ksaev974 bravos les gas il faut maintenir ces actions devant l etat et la Prefecture ce sont eux les responsable si les reunionais la plus ce contrat de dépannage la population doit prendre consience que la France dans bas n'a pas de considération pour la reunion.les Parlementaires de la reunion ne font pas leur boulot pour aides les reunionais.