Emplois verts - Le guichet unique se réunit ce mercredi :

G.Agathe : "nous retournerons aux fourneaux s'il le faut"


Publié / Actualisé
Le guichet unique, instance chargée d'examiner la situation des emplois verts, se réunira ce mercredi 13 février dans la matinée à Saint-Denis. Autour de la table, représentants de Pôle Emploi, du conseil régional ou encore de la DIECCTE (direction des entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi). Une réunion qualifiée de décisive par la plateforme des associations d'emplois verts qui espère ainsi obtenir des éclaircissements sur la répartition des contrats aidés par commune pour 2013. Elle n'exclut d'ailleurs pas de nouvelles actions si elle n'est pas entendue. "S'il faut retourner aux fourneaux, nous le ferons", prévient Gérard Agathe, représentant du Kolectif des salariés des associations emplois verts de La Réunion (KSAEV974) et membre de la plateforme. Selon lui, les associations bénéficiant du dispositif sont très remontées.
Le guichet unique, instance chargée d'examiner la situation des emplois verts, se réunira ce mercredi 13 février dans la matinée à Saint-Denis. Autour de la table, représentants de Pôle Emploi, du conseil régional ou encore de la DIECCTE (direction des entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi). Une réunion qualifiée de décisive par la plateforme des associations d'emplois verts qui espère ainsi obtenir des éclaircissements sur la répartition des contrats aidés par commune pour 2013. Elle n'exclut d'ailleurs pas de nouvelles actions si elle n'est pas entendue. "S'il faut retourner aux fourneaux, nous le ferons", prévient Gérard Agathe, représentant du Kolectif des salariés des associations emplois verts de La Réunion (KSAEV974) et membre de la plateforme. Selon lui, les associations bénéficiant du dispositif sont très remontées.

Ce mercredi, les regards des membres de la plateforme se tournent vers la réunion du guichet unique. Inquiets et dans le flou, - notamment après la commission de transparence du 5 février dernier, où aucune information n’avait été donnée sur la répartition des contrats aidés par commune pour 2013 -, ces derniers espèrent enfin avoir des réponses. "Nous voulons juste avoir la confirmation que les quotas sont bien là et si les associations auront ou non le renouvellement de chantier", déclare Gérard Agathe.

Selon le représentant du KSAEV974, ce sont entre 700 et 800 emplois verts qui vont rester sur le carreau au premier semestre. "Des personnes ont envie de travailler. Ces contrats aidés permettent d’éviter la délinquance et de nourrir des familles", explique-t-il, avant de rappeler que "les emplois verts travaillent sur les lieux touristiques et participent à la lutte contre les maladies vectorielles".

Pour sa part, soutien du collectif "les emplois verts en danger", Jean-Hugues Ratenon, président de l’ARCP (alliance des Réunionnais contre la pauvreté) dit ne rien attendre de ce guichet unique. Il affirme que "la balle est dans le camp de la Région". "Cette réunion ne sert à rien. Les solutions sont là. Pôle Emploi nous a affirmé qu’il y avait 900 contrats aidés, il ne manque plus qu’un oui du conseil régional", indique-t-il. Le président de l’ARCP ne manque pas ensuite d’accuser la collectivité, "seul maître de ce dispositif", de le bloquer et de "jouer avec le monde associatif".

Par ailleurs, après avoir manifesté à plusieurs reprises devant la pyramide inversée, ou encore au Pôle Emploi de Saint-Benoît ce jeudi 7 février, Jean-Hugues Ratenon se dit sollicité par le collectif "les emplois verts en danger" pour de nouvelles actions et n’exclut rien "dans les heures ou jours qui suivent". "Ces personnes ne vont pas se laisser faire et mener la bataille jusqu’au bout", poursuit-il.

La détermination est la même pour la plateforme des associations d’emplois verts. "S’il faut retourner aux fourneaux, nous le ferons. Nous irons manifester devant la préfecture pour que des solutions soient rapidement trouvées", note Gérard Agathe. Le représentant du KSAEV974 souligne, toutefois, que la plateforme attendra la réunion de ce mercredi avant de prendre des décisions. Mais il prévient d’ores et déjà : "les associations sont très remontées. Ce sera ensuite au préfet de prendre ses responsabilités".

www.ipreunion.com

 

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !