Saint-Denis - Boulevard Sud (actualisé à 14h30) :

Bref blocage de la circulation par le collectif des emplois verts en danger


Publié / Actualisé
A 14h15 ce mercredi 13 février 2013, les membres du collectif des emplois verts en danger, soutenus par l'ARCP de Jean-Hugues Ratenon, ont bloqué brièvement le rond-point du boulevard Sud à proximité de la Région, avant de le libérer. Pour rappel, le collectif a bloqué la collectivité ce matin, avant d'investir l'enceinte de la pyramide inversée. Un référé en justice leur ordonnant de quitter les lieux sous peine de payer 500 euros par heure de présence, ils avaient fini par sortir de la Région aux alentours de 13h15.
A 14h15 ce mercredi 13 février 2013, les membres du collectif des emplois verts en danger, soutenus par l'ARCP de Jean-Hugues Ratenon, ont bloqué brièvement le rond-point du boulevard Sud à proximité de la Région, avant de le libérer. Pour rappel, le collectif a bloqué la collectivité ce matin, avant d'investir l'enceinte de la pyramide inversée. Un référé en justice leur ordonnant de quitter les lieux sous peine de payer 500 euros par heure de présence, ils avaient fini par sortir de la Région aux alentours de 13h15.

* 13h20 : la quinzaine de membres du collectif des emplois verts en danger qui avait investi l'enceinte du conseil régional, a décidé de sortir de la collectivité. Ils ont été informés quelques minutes auparavant qu'un référé en justice avait été pris pour leur ordonner de quitter les lieux, sous peine de devoir payer 500 euros par heure de présence. «On a décidé de sortir parce que l'huissier était déjà là et commençait à noter les noms. Nous gagnons 720 euros par mois, nous n'avons pas les moyens de payer 500 euros par heure de présence», a déclaré Eric Parlier, représentant de l'ARCP. "Honte à vous M. Didier Robert. La population s'en souviendra", a-t-il ajouté en quittant la collectivité.

* 13 heures : Jean-Hugues Ratenon s'adresse aux membres du collectif qui ont investi le conseil régional. "Les élus qui siègent au conseil régional ont décidé de créer les conditions pour que la population soit en difficulté. Ils ne prennent pas leurs responsabilités et n'écoutent pas la population. Face à une souffrance exprimée, ils décident d'utiliser la justice plutôt que le dialogue social. C'est une nouvelle méthode répandue à La Réunion, il n'y a plus de dialogue, nous sommes sous un régime militaire", dit-il. Il ajoute : "Le président de Région disait que 700 contrats, ce n'était pas suffisant pour assurer le dispositif emplois verts. Le Pôle Emploi a dit qu'il pouvait donner 900 contrats supplémentaires, et face à ce chiffre qui couvre les besoins, la Région ne répond pas", s'indigne-t-il.

* 12h45 : Pierrette Gunther-Saes, commissaire divisionnaire, directrice départementale de la sécurité publique, est arrivée à la Région. Un référé en justice vient d'être pris pour demander le rétablissement de la libre circulation aux abords et dans l'enceinte du conseil régional. On se dirige donc vers une évacuation des membres du collectif des emplois verts. Une quinzaine d'entre eux a investi la pyramide inversée vers 11 heures.  Les forces de l'ordre ont averti Jean-Hugues Ratenon, président de l'ARCP et soutien du collectif, du référé qui a été pris. Il a été proposé aux membres du collectif de libérer l'enceinte et les accès de la Région de leur propre volonté. Ces derniers se concertent. Rappelons qu'ils sont mobilisés devant la collectivité depuis 8 heures ce matin.

* 11 heures 05 : une quinzaine de membres du collectif Emplois verts en danger, soutenus par l'ARCP (alliance des Réunionnais contre la pauvreté) de Jean-Hugues Ratenon a pu pénétrer dans l'enceinte de la Région, par une entrée située sur le côté et à proximité d'un chantier. Ces derniers se sont installés sur les marches de la pyramide inversée, où ils patientent dans le calme. Pour rappel, les membres du collectif sont mobilisés devant la collectivité depuis ce matin. Ils demandent à être reçus.

* 8 heures : plusieurs membres du collectif Emplois verts en danger, soutenus par l'ARCP de Jean-Hugues Ratenon, sont mobilisés devant la Région. Les manifestants ont bloqué toutes les entrées de la collectivité avec des chaînes. La semaine dernière, ces derniers avaient déjà manifesté leur mécontentement devant la pyramide inversée. Jean-Hugues Ratenon était ressorti déçu et en colère de l'entrevue qu'il avait eue avec Dominique Fournel, vice-président du conseil régional. "La Région a décidé de bloquer les 700 contrats aidés qui lui ont été attribués par l'Etat", avait-il déploré, ajoutant que la collectivité a indiqué qu'elle n'attribuera aucun de ces contrats tant que le quota d'emplois aidés nécessaire à son bon fonctionnement ne lui aura pas été alloué.

Selon Éric Parlier, représentant départemental de l’ARCP, cette action fait suite à l’action menée en fin de semaine dernière au Pôle Emploi de Saint-Benoît, où le collectif avait obtenu 900 contrats. «Lundi, nous étions venus parlementer tranquillement avec la Région. Il en découle qu’ils ne veulent pas débloquer la situation», explique-t-il. Le membre de l’ARCP affirme que la collectivité joue à un «jeu politicien». «S’il fait la manoeuvre politicienne, nous, nous faisons la manoeuvre humaine et nous sommes là pour réclamer la mise en place d'une commission. Des personnes ont terminé leur contrat et n'ont pas été renouvelés. D'autres sont dans le besoin. Est-ce que la Région a pour fonction de mettre au chômage des personnes dans le besoin ? Est-ce que sa mission est d’oublier ses électeurs ou de faire en sorte que la société réunionnaise évolue ?», interroge-t-il.

Éric Parlier souligne ensuite que l’ARCP ira "jusqu’au bout de ce que souhaitent les emplois verts" et "soutiendra toute action menée dans le calme pour que La Réunion avance". Concernant d’éventuelles grèves de la faim devant la Région, comme cela avait été le cas au Pôle Emploi de Saint-Benoît, il note que ces perspectives ne sont pas envisagées pour le moment.

Pour rappel, cette mobilisation survient alors que le guichet unique, instance chargée d’examiner la situation des emplois verts, devait se réunir ce mercredi dans la matinée à Saint-Denis. Qualifiée d'importante par la plateforme des associations d'emplois verts qui espère ainsi obtenir des éclaircissements sur la répartition des contrats aidés par commune pour 2013, cette réunion a toutefois été reportée. En cause : l'absence du représentant de la DIECCTE.

De son côté, Jean-Hugues Ratenon, interrogé ce mardi 12 février par Imaz Press Réunion, se disait sollicité par le collectif des emplois verts en danger pour de nouvelles actions et n’excluait rien "dans les heures ou jours" à venir. "Ces personnes ne vont pas se laisser faire et mener la bataille jusqu’au bout", indiquait-il. Rappelons que le collectif des emplois verts en danger a déjà manifesté à plusieurs reprises devant la Pyramide inversée. La semaine dernière, Jean-Hugues Ratenon indiquait que "la Région a décidé de bloquer tous les contrats". Ils se sont également fait entendre devant les agences du Pôle Emploi, notamment à Saint-Benoît le 7 février.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Bouba, Posté
rat en fait trop il sait pas sont devant ou sont derriere l etat y fait n importe quoi avec la population ly sa vois la region donc didier robert c est lui president la republique comment bougue la y manipule ces pauvres gens.au conseil generale md la presidente la fou a ly un grand coup pied au cul et la di a ly allez voir le prefet et les deputes que ly la fait votes.RAVALE OUT VOMIS RAT.