Violences urbaines - Crise économique et sociale :

Ivan Hoareau (CGTR) : " la vraie réponse est la relance de l'activité et de l'emploi"


Publié / Actualisé
Dans un communiqué publié ce jeudi 21 février 2013, Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR, note que "la mobilisation des emplois aidés et/ou des jeunes témoigne d'une aggravation de la crise à la Réunion". Il ajoute que "les politiques d'austérité du gouvernement et de l'Union Européenne aggraveront" enocre cette crise. Il estime que "la vraie réponse (à la crise -ndlr) est la relance de l'activité et de l'emploi et une meilleure répartition des richesses". Nous publions ci-après l'intégralité de ce communiqué
Dans un communiqué publié ce jeudi 21 février 2013, Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR, note que "la mobilisation des emplois aidés et/ou des jeunes témoigne d'une aggravation de la crise à la Réunion". Il ajoute que "les politiques d'austérité du gouvernement et de l'Union Européenne aggraveront" enocre cette crise. Il estime que "la vraie réponse (à la crise -ndlr) est la relance de l'activité et de l'emploi et une meilleure répartition des richesses". Nous publions ci-après l'intégralité de ce communiqué

"La mobilisation des emplois aidés  et/ou des jeunes témoigne d’une aggravation de la crise à la Réunion que les politiques d’austérité du gouvernement et de l’Union Européenne aggraveront. Ces mouvements posent la question cruciale de l’emploi pour tous, du plein emploi solidaire.

La vraie réponse est la relance de l’activité et de l’emploi et une meilleure répartition des richesses. Certes, cela ne se décrète pas. Encore faut il avoir une politique de relance et de justice sociale! Notre société tourne le dos à sa jeunesse. Et les jeunes ont raison de se mobiliser pour un avenir meilleur. La progression rapide du chômage des seniors nous rappelle que le fléau est global.

Ceci étant, dans la conjoncture actuelle et compte tenu de son poids (moyenne annuelle de 25 000 équivalente au nombre de salariés en emploi dans le secteur du BTP dans sa meilleure année (2008) et une fois et demie ses effectifs actuels), les emplois aidés sont un mal nécessaire.

Cependant,  l’objectif essentiel d’insertion professionnelle et de pérennisation (pour en faire un sas vers l’emploi stable) est ignoré des gouvernements et employeurs pour beaucoup plus attachés à garder la main mise sur une main d’œuvre taillable et corvéable à merci.

Des enjeux partisans et clientélistes surdéterminent les discours et les actes de ces derniers. Et le rêve légitime d’avoir un avenir bute sur l’impéritie et l’irresponsabilité d’employeurs qui ont l’outrecuidance voire l’immoralité de demander à d’autres de payer l’emploi dont ils profitent !

Ces discours et actes irresponsables ajoutent de la confusion à la confusion et permettent toute manipulation des esprits et des êtres. Et la responsabilité est renvoyée à l’autre, qui l’a renvoie à l’autre, qui…..Et la boucle de l’irresponsabilité de beaucoup des nos responsables est bouclée. Et elle étrangle nos jeunes et moins jeunes. Et elle humilie, elle dévalorise. Les jeunes devant ce triste spectacle donné par ceux qui devraient montrer l’exemple laissent éclater leur mal être. Et ils se battent pour leur survie. La répression ne peut être la solution.

La gestion des emplois aidés doit être revue pour permettre notamment une réelle insertion professionnelle passant par un accompagnement dans la définition d’un projet professionnel et son suivi, une vraie formation et une durée du travail plus importante et tendant au temps plein, une transparence dans leur attribution (rôle de Pôle Emploi)….Ce faisant, revaloriser la notion de  travail en renforçant la relation travail/rémunération. L’emploi aidé renvoie à la problématique plus globale de la bataille pour l’emploi.

La responsabilité doit être au rendez vous de ce présent si douloureux pour les laissez pour compte d’une société de plus en plus inégalitaire".

Ivan Hoareau (CGTR)

 

   

1 Commentaire(s)

Yab lo port, Posté
Il faudrait reprendre en compte que la population a presque triplé, dans les années 60 ( 600 000 hb), ce n'était pas la joie déjà ! le BU.MI.DOM avait réglé une partie du problème, la solution serait peut-être de rejouer les mêmes cartes, vers l'extérieur....aide vers une chance tout azimuts, et dans le travail local, de la terre. ...Qui sait ?