Appel national à la grève contre la réforme des rythmes scolaires :

La CGTR Educ'action appelle à la constitution d'un large front syndical


Publié / Actualisé
Alors qu'au niveau national, l'interfédérale de l'éducation (CGT Educ'action, FNEC FP Fon SUD Education, CNT) appelle à la grève le jeudi 14 novembre 2013 dans le premier degré contre la réforme des rythmes scolaires, la CGTR Educ'action lance un appel à la constitution d'un large front syndical. Pour l'organisation syndicale, cette réforme apporte son lot de désordre et une rupture d'égalité de l'offre éducative pour les élèves. (photo archives)
Alors qu'au niveau national, l'interfédérale de l'éducation (CGT Educ'action, FNEC FP Fon SUD Education, CNT) appelle à la grève le jeudi 14 novembre 2013 dans le premier degré contre la réforme des rythmes scolaires, la CGTR Educ'action lance un appel à la constitution d'un large front syndical. Pour l'organisation syndicale, cette réforme apporte son lot de désordre et une rupture d'égalité de l'offre éducative pour les élèves. (photo archives)

"Cette réforme telle qu'elle est pensée n'apporte en rien  un plus aux élèves. Bien au contraire, elle accroit leur fatigue et impacte négativement la réussite scolaire. Ce n'est pas une véritable réforme des rythmes scolaires mais une commande politique qui n'a pas d'autre objectif que de municipaliser l'école publique", indique la CGTR Educ’action.

L’organisation syndicale estime que "les maires des quatre communes qui ont décidé de mettre en oeuvre la réforme en 2013, doivent suspendre et abandonner celle-ci. "Les désordres, les ruptures d'égalité de l'offre éducative doivent cesser et pour cela, il faudra nécessairement en passer par l'abrogation du décret", termine-t-elle.

 

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !