Les grévistes et la direction vont se rencontrer (actualisé à 19 heures) :

Sotram-Cotram - Une commission de conciliation aura lieu jeudi


Publié / Actualisé
Une rencontre entre la direction et les grévistes de la Sotram-Cotram est programmée pour ce jeudi 10 juillet à 13 heures 30 à la Dieccte (Direction du travail) à Saint-Denis. La négociation aura lieu dans le cadre d'une commission de conciliation. Cette dernière n'a pas pu se tenir ce mercredi puisque le directeur général de l'entreprise, Guillaume Liegault, ne s'est pas présenté à la réunion. "Il souhaitait qu'on débloque le site. Si nous acceptons cela, il en va profiter pour remplacer les grévistes par des intérimaires. C'est inacceptable", expliquait Clara Derfla, secrétaire générale adjointe de la l'union régionale sud de la CGTR. Depuis, la situation s'est décantée. "Les grévistes ont accepté de libérer les accès de la Sotram-Cotram dès 6 heures jeudi. En contrepartie, la direction s'est engagée à ne pas faire intervenir d'intérimaires et à assister aux négociations" note la syndicaliste. "Nous, nous allons respecter nos engagements" ajoute-t-elle. Les salariés de la Sotram-Cotram - filiale transport du groupe URCOOPA dont fait partie la Cilam - sont en grève depuis 8 jours. Les revendications portent sur les rémunérations et sur les conditions de travail (Photo D.R.)
Une rencontre entre la direction et les grévistes de la Sotram-Cotram est programmée pour ce jeudi 10 juillet à 13 heures 30 à la Dieccte (Direction du travail) à Saint-Denis. La négociation aura lieu dans le cadre d'une commission de conciliation. Cette dernière n'a pas pu se tenir ce mercredi puisque le directeur général de l'entreprise, Guillaume Liegault, ne s'est pas présenté à la réunion. "Il souhaitait qu'on débloque le site. Si nous acceptons cela, il en va profiter pour remplacer les grévistes par des intérimaires. C'est inacceptable", expliquait Clara Derfla, secrétaire générale adjointe de la l'union régionale sud de la CGTR. Depuis, la situation s'est décantée. "Les grévistes ont accepté de libérer les accès de la Sotram-Cotram dès 6 heures jeudi. En contrepartie, la direction s'est engagée à ne pas faire intervenir d'intérimaires et à assister aux négociations" note la syndicaliste. "Nous, nous allons respecter nos engagements" ajoute-t-elle. Les salariés de la Sotram-Cotram - filiale transport du groupe URCOOPA dont fait partie la Cilam - sont en grève depuis 8 jours. Les revendications portent sur les rémunérations et sur les conditions de travail (Photo D.R.)

"Avec la Cilam, nous avions une plate-forme commune pour l'augmentation des salaires, mais la filiale Sotram-Cotram a des revendications spécifiques", précise la secrétaire adjointe de l'Union régionale sud CGTR. Les salariés de la filiale transport réclament l'application du droit commun concernant le temps de travail, une revalorisation  de la prime jour férié à hauteur de 150 euros ainsi qu'une prime de 1500 euros compensant les heures d'équivalences non-majoré.

Les salariés ont réitéré leur demande pour rencontrer leur direction et établir un dialogue social. "Ils ont envers les salariés grévistes une attitude méprisable. Nous poursuivons notre mobilisation jusqu'à ce que nos revendications aboutissent", termine Clara Derfla.

Ce mercredi 9 juillet dans l'après-midi, "des salariés non-grévistes se sont postés devant le portail à la demande du directeur Guillaume Liegault", indique Clara Derfla. Elle parle de "tentative de provocation, sans issue", pour le directeur qui souhaite que les grévistes mettent fin au blocage du site.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !