Centre de distribution du courrier de Sainte-Clotilde :

La Poste : les grévistes dénoncent la "supercherie" de la direction


Publié / Actualisé
Le mouvement de grève se poursuit au centre de distribution du courrier de Sainte-Clotilde, où une trentaine de salariés sont toujours mobilisés ce vendredi 3 octobre 2014, réclamant de meilleures conditions de travail et un report de la réorganisation des bureaux. Ce jeudi, la direction de La Poste indiquait être "disponible pour rencontrer chaque organisation syndicale pour trouver ensemble une sortie de conflit sur la base des huit propositions faites par La Poste de La Réunion". Mais pour les grévistes, qui devraient être de nouveau reçus ce vendredi en fin de matinée, il s'agit là d'une "supercherie". " Leurspropositions n'ont rien à voir avec nos revendications, la direction se moque des agents et de l'intersyndicale", estime Philippe Chérubin, représentant du syndicat FO COM.
Le mouvement de grève se poursuit au centre de distribution du courrier de Sainte-Clotilde, où une trentaine de salariés sont toujours mobilisés ce vendredi 3 octobre 2014, réclamant de meilleures conditions de travail et un report de la réorganisation des bureaux. Ce jeudi, la direction de La Poste indiquait être "disponible pour rencontrer chaque organisation syndicale pour trouver ensemble une sortie de conflit sur la base des huit propositions faites par La Poste de La Réunion". Mais pour les grévistes, qui devraient être de nouveau reçus ce vendredi en fin de matinée, il s'agit là d'une "supercherie". " Leurspropositions n'ont rien à voir avec nos revendications, la direction se moque des agents et de l'intersyndicale", estime Philippe Chérubin, représentant du syndicat FO COM.

Cinquième jour de grève au centre de tri de Sainte-Clotilde et toujours pas de sortie de conflit en vue. Ce jeudi, un peu après midi, la direction a pourtant missionné un cadre pour faire part aux salariés de ses propositions. Une initiative qui s’est de nouveau soldée par un échec.

"Heureusement que les grévistes ont constaté la supercherie : il ne s'agissait pas de propositions concernant leurs revendications", affirme Philippe Chérubin. "Il n’était ni question de la réorganisation, ni des heures supplémentaires, ni des problèmes de congés, ni des postes vacants... Il n’y avait rien du tout à part des acquis que les agents avaient déjà ! C’est une forme de pression psychologique pour mettre le doute dans la tête des agents", dénonce-t-il.

L’intersyndicale (CGTR, CFDT, FO, Sud-PTT, UNSA) est donc toujours mobilisée et demande de "véritables concertations allant dans le sens de l'améliorations des conditions de travail et des conditions de vie des agents". Du côté de la direction, on aurait proposé une nouvelle réunion ce vendredi en fin de matinée, mais par un moyen bien curieux. "On vient d’apprendre par les médias qu’on allait être reçus à 11 heures, c’est encore un mépris de la part de La Poste. Nous on est là depuis cinq jours et depuis 6 heures ce matin et on apprend par le biais de la presse qu’on doit être reçus à 11 heures...", raconte Philippe Chérubin.

Et le responsable syndical de rappeler les motifs de leur mouvement de colère : "Notre principale revendication, c’est le report de la réorganisation qui doit être mise en place à la fin du mois d’octobre. Les conséquences, ce sont des pertes d’emplois, neuf tournées qui vont être impactées. On demande le report au mois de février. Il y a des étapes bien précises à respecter et ça n’a pas été le cas", déclare Philippe Chérubin. "Il y a d’autres sujets, sur les heures supplémentaires, les conditions de travail, les congés... On apprend par exemple que la directrice qui vient d’arriver au mois de février est déjà en vacances alors qu’on a des agents qui ont des contingents de congés de 45 jours... On voit bien qu’il y a un manque, un problème de sous-effectif", ajoute-t-il.

Du côté de la direction, on affirme une volonté de dialogue, malgré des carences certaines dans la communication. Envers les grévistes tout d’abord, mais avec certains journalistes également en refusant de s’exprimer sans une demande officielle d’autorisation...

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Cocote420, Posté
    mesdames messieurs les grévistes je vous comprend parfaitement mais penser aux gens qui ont des colis alimentaires qui payera le gaspillage qui remboursera les élus dans tout sa il pense quoi à part leur prochain fauteuil et la forte hausse des impots qu'on subit chaque année y en a marre de cette société qui pourri la vie des gens battez vous les travailleurs mais ne trainez pas trop on attend nos colis
    Illustration : Kwa Films

    Kwa Films

    37 reportage(s)