Le mouvement de grève se durcit à la Plaine des Cafres :

Sicalait : la tension monte


Publié / Actualisé
En grève illimitée depuis dimanche dernier, le personnel de la Sicalait qui exige le départ du directeur, Olivier Dekokere, se préparait, ce mardi 9 décembre 2014, en fin d'après-midi, à maintenir le siège des installations, avec piquet de grève et présence renforcée des grévistes. Selon Maurice Gigan, délégué CFDT du personnel, la journée de mardi s'est achevée sur un constat négatif. "Nous sommes entrés en discussion avec le conseil d'administration à 10 heures du matin, nous en sommes ressortis à 13 heures, laissant les administrateurs réfléchir sur nos revendications à huis-clos. Après quoi, il nous a été signifié qu'elles étaient purement et simplement rejetées, tout particulièrement celle qui concerne le départ du directeur, Olivier Dekokere. Mais les salariés sont déterminés et maintiennent leurs positions...". Depuis ce mardi les salariés des magasins Fermes et Jardins, filiale de la Sicalait, ont rejoint le mouvement de grève.
En grève illimitée depuis dimanche dernier, le personnel de la Sicalait qui exige le départ du directeur, Olivier Dekokere, se préparait, ce mardi 9 décembre 2014, en fin d'après-midi, à maintenir le siège des installations, avec piquet de grève et présence renforcée des grévistes. Selon Maurice Gigan, délégué CFDT du personnel, la journée de mardi s'est achevée sur un constat négatif. "Nous sommes entrés en discussion avec le conseil d'administration à 10 heures du matin, nous en sommes ressortis à 13 heures, laissant les administrateurs réfléchir sur nos revendications à huis-clos. Après quoi, il nous a été signifié qu'elles étaient purement et simplement rejetées, tout particulièrement celle qui concerne le départ du directeur, Olivier Dekokere. Mais les salariés sont déterminés et maintiennent leurs positions...". Depuis ce mardi les salariés des magasins Fermes et Jardins, filiale de la Sicalait, ont rejoint le mouvement de grève.

"Suite à deux réunions dans la journée du mardi 9 décembre avec les membres du conseil  d'administration qui n’ont pas abouti, l’ensemble des magasins Fermes et Jardins de l’île ont décidé de rejoindre le mouvement par solidarité mais également en raison de préoccupations économiques engendrées par certaines décisions stratégiques de la Sicalait" indique les salariés de Fermes et Jardins dans un communiqué publié mardi soir. Les 6 magasins (Sainte-Clotilde, Saint-André, Saint-Louis Bel Air, Saint-Paul Savannah, Le Tampon 14e et Le Tampon 600) sont doncfermés à partir de ce merredi matin.

La tension monte, le conflit se durcit et la perspective de voir certains des éleveurs, dans l'incapacité de livrer leur production de lait, manifester leur frustration semble se rapprocher. Maurice Gigan signale qu'une trentaine d'éleveurs ont néanmoins signé une pétition par solidarité avec les salariés, et craint que d'autres soient instrumentalisés contre eux par les administrateurs. "Nous avons été menacés, verbalement, d'autres ont reçu des menaces téléphoniques, ça risque d'être chaud, ce soir et demain. D'ailleurs j'ai saisi huissiers et gendarmerie pour faire constater d'éventuelles dégradations et éviter d'inutiles violences…"

Dans un communiqué publié dans la soirée de samedi, le conseil d’administration de la Sicalait dit avoir "tenu à renouveler, à l’unanimité, son soutien le plus ferme au directeur général qui a pris ses fonctions en août 2013. D’autant que depuis son arrivée, la Sicalait a enregistré des résultats très encourageants". L'instance dirigeante ajoute que la collecte d'un million de lait supplémentaires pour l'année 2014 est "à mettre à l’actif du directeur général qui a su insuffler une nouvelle dynamique, mais également à l’ensemble des éleveurs et des salariés qui ont toujours répondu présent". Le conseil d’administration reconnait que "ces performances (...) ont nécessité une grande énergie et bousculé certaines habitudes, ce qui a pu provoquer des incompréhensions parmi le personnel" et affirme que "le directeur général Olivier Dekokère en est tout à fait conscient". Le communiqué promet que "pour ramener un climat plus serein au sein de la Sicalait", Olivier Dekokère "s’engage, dès le début de l’année prochaine, à proposer de nouveaux moyens d’échanges avec l’ensemble du personnel".

En attendant, de part et d'autre la situation paraît bloquée. Un conflit qui s'ajoute aux problèmes directement liées à la filière lait, dont la production est à la baisse, comme le nombre d'éleveurs producteurs, décimé par les maladies du cheptel. Ils étaient 151 en 2000, il n'en restait que 73 en 2013…

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Ti kaf la kour, Posté
tien bo larg pas .attention band na i sa verse de lait si zot comme zot la fé a la cilam