Syndicat Solidaires-Réunion :

Pascal Valiamin : "La loi Macron est une bombe à fragmentation antisociale"


Publié / Actualisé
L'union syndicale Solidaires-Réunion tenait une conférence de presse ce mercredi 21 janvier 2014 pour réitérer son opposition à la loi Macron qui sera présentée à l'Assemblée nationale à partir du lundi 26 janvier prochain. Pour le délégué régional Pascal Valiamin, cette loi n'est rien moins qu'une "bombe à fragmentation antisociale" accompagnée d'une "réécriture du droit du travail", le tout "inspiré fortement par le Medef".
L'union syndicale Solidaires-Réunion tenait une conférence de presse ce mercredi 21 janvier 2014 pour réitérer son opposition à la loi Macron qui sera présentée à l'Assemblée nationale à partir du lundi 26 janvier prochain. Pour le délégué régional Pascal Valiamin, cette loi n'est rien moins qu'une "bombe à fragmentation antisociale" accompagnée d'une "réécriture du droit du travail", le tout "inspiré fortement par le Medef".

Quels sont vos griefs contre cette loi Macron ?

"La loi Macron est une bombe à fragmentation antisociale. Aujourd’hui, le ministre Emmanuel Macron agite le chiffon rouge de l’extension du travail dominical, mais cette loi contient beaucoup d’attaques sociales, beaucoup de régressions en terme de droit de société, de droit du travail. C’est une réécriture du droit du travail qui va beaucoup plus loin que l’extension du travail dominical."

Est-ce cette volonté de "déréglementation" qui vous irrite le plus ?

"On a critiqué l’extension du travail dominical car c’est un leurre, c’est une mystification, il n’y a rien d’économique, c’est une captation des marchés par les grandes enseignes. En revanche, c’est complètement idéologique, il y a une volonté de réduire la représentation des salariés avec la réforme des prud’hommes, il y a une facilité pour les licenciements économiques, il y a la dépénalisation du délit d’entrave, il y a une réforme du travail des inspecteurs du travail... Il y a une volonté très forte dans l’ensemble de la loi Macron de réduire les droits des salariés."

Vous vous opposez à l’extension du travail le dimanche. Mais êtes-vous favorables à quelques aménagements dans ce domaine ?

"Aujourd’hui, ce que le Medef veut faire, c’est casser la semaine des 35 heures, c’est déréguler la semaine de travail, pour que demain le dimanche devienne un jour de travail comme les autres. Le dimanche est quand même un jour de partage et de solidarité entre sa famille et ses amis, et il va devenir un jour de travail. Et ça va concerner essentiellement les étudiants, ceux qui travaillent à temps partiel, les contrats précaires... C’est tout sauf quelque chose de progressif et de moderne. La loi Macron est faite pour ceux qui veulent faire plus de profit et pour déréglementer l’ensemble du droit du travail."

Avez-vous l’intention d’interpeller la ministre George Pau-Langevin sur ce sujet lors de sa visite à La Réunion ?

"On estime que la loi Macron est une loi anti-sociale. Si j’avais l’occasion de voir la ministre, je lui dirais la même chose. Ce n’est pas une loi moderne qui va créer de l’emploi, c’est une loi de régression sociale."

Des mobilisations sont-elles prévues contre cette loi Macron ?

"Au niveau national, il y a des manifestations prévues sur ce sujet à partir du 26 janvier, date de la présentation de la loi à l’Assemblée nationale. À La Réunion, avec les congés scolaires, on n’a pas pu réunir l’intersyndicale, mais nous sommes disposés à construire une mobilisation avec l’ensemble des syndicats du département. Mais ce n’est pas l’unité syndicale qui va changer la donne. La loi Macron est un virage sociétal, ce qui veut dire qu’il faut aller plus loin que la mobilisation syndicale, cela concerne les citoyens, les associations et le monde politique dans son ensemble. À un moment donné, il faut se demander si on veut une société où tout est libéralisé, où tout dérégulé... C’est l’unité la plus large possible et front commun très important qui pourraient faire bouger ce gouvernement."

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Le loup phoque, Posté
Quand on voit l'affluence dans les grandes surfaces les dimanche et jours fériés, on se dit que les gens n'en ont plus rien à faire et qu'il faut tout déreglementer et ouvrir tout tous les jours, y compris les services publics, le services... Peut être que les gens qui ne travaillent pas le week end prendraient conscience de la gêne occasionnée aux personnes obligées de travailler le dimanche et jour fériés. De plus, je ne voie pas ce que cela apporte aux grandes surfaces. L'argent dépensé ce jour là ne le sera pas le lendemain et il faut payer les employés plus cher. Où est le bénéfice ?
Vous avez raison, Posté
Jetez un coupe d'oeil sur ce blog qui analyse cette loi
http://blogs.mediapart.fr/blog/gerardfiloche/111214/analyse-detaille-du-projet-de-loi-macron-en-route-pour-le-regressisme
La loi Macron est dangereuse.
Le droit du travail est en danger
Nimporte quoi!, Posté
Bidouille, tu dis vraiment n'importe quoi!!!
L'échec, c'est toi...y a personne dans la rue pour faire la révolution!
C'est qui le jeune à la tête de ce syndicat en 2014? Rires!!!
Bidouille, Posté
le syndicaliste a faire des conferences de presse comme ca c est super mais pendant ce temps la les patrons rigole et le salarier ne crois plus en vous et apres ques quon fait? le petit jeune qui etait a la tete de ce syndicat en 2014 ; lui c etait le nouveaux souflle du syndicalisme d aujourdhui pas comme c est vieux crouton qui sont la depuis des siecles et qui ne veulent pas passer la main ;faites des conferences de presse dans la rue c est la que ca ce passe
2015 annee charniere car sinon on sera tous responsables de l echec de la prochaine generation ; nos enfants
Jacky, Posté
ils sont vraiment nul ces gars de solidaires, ils comprennent rien, toujours entrain de se plaindre alors qu'eux ne bossent jamais.
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...