Grève à Saint-Denis :

Brasseries de Bourbon - 180 employés réclament une augmentation de salaire


Publié / Actualisé
Depuis 4 heures ce mardi matin 5 mai 2015, 180 salariés, sur les 280, de l'entreprise les Brasseries de Bourbon sont entrés en grève dans le bas de la rivière à Saint-Denis. Dans le cadre des négociations annuelles obligatoires (NAO), ils réclament à leur direction une augmentation de salaire de 2%. La direction propose 0,88%".
Depuis 4 heures ce mardi matin 5 mai 2015, 180 salariés, sur les 280, de l'entreprise les Brasseries de Bourbon sont entrés en grève dans le bas de la rivière à Saint-Denis. Dans le cadre des négociations annuelles obligatoires (NAO), ils réclament à leur direction une augmentation de salaire de 2%. La direction propose 0,88%".

"On réclame environ 40 euros supplémentaires pour un salaire moyen de 2  000 euros, ce n’est pas grand chose pour cette grande société", peste Prosper Dalleau, délégué syndical de la CFDT.

Les NAO ont commencé depuis le 31 mars 2015. Aucun accord n’a été trouvé. La situation agace d'autant plus les salariés que la prochaine rencontre avec la direction est prévue pour le 11 mai prochain. Trop loin dans le temps pour les grévistes "déterminés à trouver une solution au plus vite", note Prosper Dalleau. "On en a marre d’attendre", poursuit le délégué syndical.

Les salariés ne s'étaient pas mis en grève depuis 2003. Ils espèrent maintenant que leurs revendications seront prises en considération. "Nous sommes pour le dialogue, pour l’échange et la direction doit concrétiser ses paroles par des actes", souligne le délégué syndical qui compte 30 années d’ancienneté dans l'entreprise.

Le syndicaliste affirme que la direction a proposé aux grévistes "une augmentation de salaire d’environ 0,88%". Un taux jugé "insuffisant" par les grévistes. "L’entreprise les Brasseries de Bourbon est prospère", insiste Prosper Dalleau.

Le mouvement de grève est "illimité" et se poursuivra tant "qu'une solution n’est pas trouvée entre les salariés et la direction" prévient le dirigeant syndical.

Alyssa Mariapin pour www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Pas grave, depuis son mobile, Posté
Faites donc la greve c'est pas grave. La Phoenix le la.