MENU

Union régionale 974 - CFAO :

L'inspection du travail refuse le licenciement de deux délégués du personnel


Posté par
L'inspection du travail a émis un refus clair sur la demande de licenciement formulée par la direction de CFAO - CMR automobiles, annonce l'Union régionale 974, ce lundi après-midi 18 janvier 2016
L'inspection du travail a émis un refus clair sur la demande de licenciement formulée par la direction de CFAO - CMR automobiles, annonce l'Union régionale 974, ce lundi après-midi 18 janvier 2016

Ce vendredi 15 janvier, le syndicat avait organisé une manifestation devant l'entrée de la Cité des Arts de Saint-Denis - non loin de la CMR, pour dénoncer une volonté de l'entreprise de "décapiter la direction syndicale de l'UR 974", selon son secrétaire général, Pascal Hoarau. Le syndicaliste expliquait que "depuis le 15 décembre 2015, 2 délégués du personnel, qui sont aussi les dirigeants du syndicat, sont mis à pied. Leur procédure de licenciement est en cours à l'inspection du travail (...)".

L'union régionale ajoutait que "trois autres salariés font également l’objet de procédures de licenciements et ont tous pour point commun d’être syndiqués à l’UR 974. Une plainte a également été déposée par la direction auprès du procureur de la république pour des faits reprochés aux deux déléguést.

À la suite de cette manifestation et outre le refus des licenciements par la l'inspecton du travail, "un entretien a eu lieu entre le direction général de la CMR, Eric Benavente" a eu lieu et une nouvelle rencontre est prévue pour ce vendredi 22 janvier au matin. "Cinq procédcures de licenciement, dont deux nouvelles courent toujours pour des salariés, tous syndiqués à l'UR 974" note le syndicat avant de souligner que cette affaire sera à l'ordre du jour de la rencontre avec la direction d ela CMR ce vendredi.

www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Dhalia, Posté
je donne un regard extérieur .. étant donné que CFAO est un groupe implanté dans les pays d'Afrique je doute fort que le racisme puisse exister. Je pense que la direction devrait mettre en avant qu'ils travaillent plus particulièrement en Afrique donc,ils sont amener à travailler avec tout sorte de personne, et que la le racisme n'a rien a voir. Surtout que nous vivions sur une île ou les religions et les différentes races vivent avec. Donc à la direction de tirer l'épingle du jeux.
, Posté
Moi je pense la même chose que cet employé. Tout est dit. à aucun moment la langue créole à été visé. En tant que créole on ne peut pas injurier en créole parce que ceux d'en face ne comprennent pas et de plus bousculer physiquement les gens pour se faire entendre.c'est passer pour des sauvages. Et pour retourner la situation on dit que c'est un problème de "langue créole"?pour être sûr que tout le monde sourient le syndicat UR 974. Arrête prend de moune pour couion.et arrête être raciste envers de moun lé pas créole.
, Posté
Pour moi, c'est un faux débat car la vraie cause de la demande de licenciement à l'encontre des deux protagonistes de Ur974 se sont les injures proférés à notre hiérarchie de Race blanche. Pour ne pas citer " ZOREIL". Et ce n'est pas du tout un problème de langue " Créole ". On ne nous as jamais interdit de parler créole au sein de l'entreprise... Pour preuve lors de notre convention vendredi dernier le groupe "RIskab" était l'un de nos invités. Je pense qu'il est nécessaire de remettre les choses dans son contexte, et ne pas faire un amalgame entre le respect d'autrui et le "créole ". un employé.