Présidence des sociétés locales publiques (SPL) :

Haro de l'opposition régionale contre les rémunérations des élus


Publié / Actualisé
Les rémunérations de présidences des sociétés locales publiques (SPL) ne cessent de faire parler les élus de l'opposition régionale. Tour à tour, Huguette Bello, Thierry Robert et Gilbert Annette n'ont pas manqué de dénoncer ce " gaspillage ". Alors qu'ils font tous partie du même groupe d'opposition à la Région, chacun a joué sa partition, un fait peu banal que Huguette Bello a tenu à relativiser : " chacun a son identité, sa sensibilité et sa liberté de parole dans notre groupe ", a-t-elle déclaré.
Les rémunérations de présidences des sociétés locales publiques (SPL) ne cessent de faire parler les élus de l'opposition régionale. Tour à tour, Huguette Bello, Thierry Robert et Gilbert Annette n'ont pas manqué de dénoncer ce " gaspillage ". Alors qu'ils font tous partie du même groupe d'opposition à la Région, chacun a joué sa partition, un fait peu banal que Huguette Bello a tenu à relativiser : " chacun a son identité, sa sensibilité et sa liberté de parole dans notre groupe ", a-t-elle déclaré.

C’est Huguette Bello qui fut la première à dénoncer dans une tribune libre de son groupe, Le Rassemblement, les rémunérations " conséquentes " accordées à certains élus de la majorité régionale au titre de la présidence de SPL. Elle comparaissait alors les 2,4 millions d’euros alloués à la rémunération de ces futurs présidents à " 1663 SMIC " ou encore à " 8160 emplois d’avenir ". " C’est inadmissible ", déclare Huguette Bello qui constate que " la nouvelle équipe régionale est loin des préoccupations " des Réunionnais.

C’est ensuite Thierry Rober qui lui a emboîté le pas. Rappelant que l’opposition régionale avait voté " contre " ce rapport, le président du LPA y voit " la démonstration de l’irresponsabilité politique et morale " de la majorité régionale, comparant cette "  course aux directions de SPL " à " une démarche qui cherche à s'enrichir davantage ".

C’est Gilbert Annette qui fut le dernier à dégainer sa salve d’attaques ce mercredi 3 février en convoquant la presse. " Les élus locaux ne cessent de se plaindre de la baisse des dotations de l'Etat. Ils n'ont pas le droit de s'enrichir de cette façon", s'emporte le premier magistrat de la Ville de Saint-Denis qui souligne qu’ " en additionnant ses indemnités d’élu et sa rémunération en qualité de président de la SPL Réunion des Musées Régionaux, le président de Région touchera davantage que le Président de la République ".  Gilbert Annette appelle donc les élus régionaux à " ne pas percevoir d’indemnité supplémentaire, avec responsabilité et bon sens ".

Cette triple communication sur un même sujet a de quoi surprendre sachant que les trois élus siègent ensemble dans un même groupe dans l’opposition régionale. Mais administrativement la députée de Saint-Paul et le député-maire de Saint-Leu président deux entités distinctes chacune issue de la liste qu'ils ont respectivement conduit au premier tour des régionales. Thierry Robert avait ainsi  annoncé la couleur lors de la séance plénière, expliquant que même si l’opposition siégeait dans un seul groupe, le LPA ne manquerait pas de faire connaître son opinion. Pour Huguette Bello, il n’y a aucun problème à ce niveau. " Cela ne reflète aucune tension particulière. Nous siégeons dans un même groupe mais chacun a son identité, sa sensibilité et sa liberté de parole ", explique-t-elle.

Pas sûr pourtant que le message soit entendu puisque Didier Robert a réaffirmé, dans une interview accordée au Quotidien, " qu’il est tout à fait justifié qu’un élu bénéficie d’indemnités complémentaires quand il assume des responsabilités civiles et pénales importantes au sein des sociétés publiques ".

www.ipreunion.com

   

7 Commentaire(s)

Lilimay, Posté
Une journée ne compte que 24 heures, en plus il vient d'être nommé vice-président de l'association des régions de France. on se demande comment il fait DR pour être efficace avec toutes ces responsabilités. C'est pour ça qu'il faut aller plus loin dans le non cumul des mandats et interdire le cumul des mandats associés ( président SPL, président de syndicat mixte....). La France et ses contribuables s'en porteront mieux....
Money, Posté
Comment le citoyen lambda peux il etre en accord avec les surnumerations du président de région et des ses elu/es PDG de différentes SPL y a une limite à ne pas franchir , un elu du peuple ne doit pas se moquer du peuple alors que celui ci se trouve en difficulté ( emploi , chomage etc... ) respectez les gens qui vous ont mis en place , vous dépendez du peuple et vous n'êtes pas la pour vous enrichir sur le dos des contribuables , faites votre travail et ne considérez pas que vous êtes paye pour ca ... N'oubliez pas que la France est en deficit d'où le serrage de ceinture des régions et des communes , alors un peu de respect , merci
SQUAW, Posté
Responsabilités ou pas, il n'y a que 24 heures dans une journée, ils ne peuvent travailler plus, tout travail mérite salaire,c'est un fait, mais un salaire juste! S'ils ne veulent pas des responsabilités sans surpaiement, qu'ils dégagent!! L'équipe de la Région prend vraiment le contribuable pour une vache à lait, c'est SCANDALEUX!!!
Observateur, Posté
Les électeurs réunionnais ont choisi!!
d'ailleurs aucune association de citoyens ne réagit ... donc les opposants taisez vous !
aucune association de contribuables ne réagit même si ce sont nos impôts qui sont gaspillés (volés) ... donc les opposants taisez vous!

il ne faut plus chercher la cause de l'abstention ... merci Vanessa !
CHABAN, Posté
La question est de savoir à quoi servent ces SPL ?

Macatia, Posté
Je demande a la justice de rendre justice aux pauvres contribuables de la réunion pour mettre fin aux gaspillages de l’argent public a la région avec les frais de bouche en nette augmentation, des salaires de haut fonctionnaire alloue a l’élue qui dirige un spl qui produit aucun résultat (délibération n° 579 du 23 décembre 2014), puis 800000 euros qui sont donnés à la Saga du Rhum dont la directrice se trouve sur sa liste, puis 600000 euros donnés à deux goyaves de France avec un capital de 1 euro pour acheter un bateau pour battre carré. Aujourd’hui, il y a prés de trois millions d’euros que les amis de Didier Robert se partagent en s’octryant des postes de directeur. Mon pays bato fou ou sa band didi y rale a nous.
DIDI ou la pas Honte quand d’autres réunionnais luttent pour vivre tout simplement.
TAGOUN, Posté
Allez ti coq ! mange, mange, mange encore le ventre va finir par péter........