MENU

Grève des salariés du BTP - Les négociations sont suspendues (actualisé à 17h09) :

Live : Le patronat propose une augmentation de 0,8%. Les syndicats ne sont pas satisfaits


Posté par
Ce vendredi 8 avril 2016, les salariés du BTP, en grève depuis mercredi 6 avril pour demander une revalorisation de leurs salaires de 3%, ont décidé de hausser le ton. Tôt dans la matinée, ils ont installé plusieurs barrages dans la zone industrielle du Port. Ces blocages ont fortement perturbé la circulation, et un embouteillage monstre s'est formé sur la quatre voies entre La Possession et Saint-Paul. Représentants syndicaux et patronat ont entamé une réunion de négociations ce vendredi à 10h30. Au final, le patronat a proposé une augmentation des salaires de 0,4% au 1er janvier 2016, de 0,2% au 1er avril 2016 et de 0,2% au 1er octobre 2016. Les syndicats ne sont pas satisfaits. Quant à la Capeb, syndical patronal des petites et moyennes entreprises du BTP, elle a quitté la table des négociations
Ce vendredi 8 avril 2016, les salariés du BTP, en grève depuis mercredi 6 avril pour demander une revalorisation de leurs salaires de 3%, ont décidé de hausser le ton. Tôt dans la matinée, ils ont installé plusieurs barrages dans la zone industrielle du Port. Ces blocages ont fortement perturbé la circulation, et un embouteillage monstre s'est formé sur la quatre voies entre La Possession et Saint-Paul. Représentants syndicaux et patronat ont entamé une réunion de négociations ce vendredi à 10h30. Au final, le patronat a proposé une augmentation des salaires de 0,4% au 1er janvier 2016, de 0,2% au 1er avril 2016 et de 0,2% au 1er octobre 2016. Les syndicats ne sont pas satisfaits. Quant à la Capeb, syndical patronal des petites et moyennes entreprises du BTP, elle a quitté la table des négociations

17h07 : Les négociations sont suspendues. Les deux parties quittent la Direction du Travail. Le patronat propose une augmentation des salaires de 0,4% au 1er janvier 2016, de 0,2% au 1er avril 2016 et de 0,2% au 1er octobre 2016. Les syndicats estiment que cela reste "beaucoup trop faible" mais vont "consulter leur base". "Nous sommes allés au bout de ce que nous pouvons faire" affirme Bernard Siriex (FRBTP). La Direction du Travail mettra une salle à la disposition des deux parties ce lundi à partir de 16 heures pour le cas où patronat et syndicats voudraient reprendre le dialogue.

16h35 : les syndicalistes sont agacés. "C'est bloqué, à quoi ça sert de continuer à négocier" lâche un représentant syndical. "La base n'acceptera jamais les propositions du patronat" commente un autre syndicaliste. La perspective de la signature d'un protocole de fin de conflit cet après-midi semble s'éloigner. "Plus le mouvement va durer et moins on maitrisera les travailleurs, ils sont à bout" prévient-il.

16h15 : le patronat propose une augmentation des salaires de 0,4% au 1er janvier 2016 et de 0,2% au 1er avril 2016. Les syndicats ne sont pas satisfaits

15h30 : Bernand Siriex (FRBTP) confirme "en proposant 0,4% d'augmentation, je suis déjà hors mandat". La Capeb, syndical patronal des petites et moyennes entreprises du BTP, a quitté la table des négociations. Elle estime que les discussions concernent "uniquement les groupes du BTP, au détriment des artisans"

15h20 : La réunion de négociation a repris

13h30: Après trois heures de débat, la séance est suspendue. Les négociations reprendront à 15h. "O,4% au 1er janvier, c'est bien sûr une avancée, on ne pourra pas aller plus loin", a déclaré Bernard Siriex, président de la FRBTP.

13h20 : Après une courte suspension de séance, les discussions ont repris. Le patronat a revu sa position et propose désormais une augmentation de 0.4% qui prendrait effet au 1er janvier 2016.

12h30 : les négocations reprennent à la DIECCTE.

12h10 : Le patronat a proposé une augmentation des salaires de 0.40% sur l'année, payable en deux fois. Une augmentation de 0,2% se ferait au 1er avril, puis une autre au 1er août. Néanmois, cette augmentation ne serait pas rétroactive sur la période du 1er janvier au 31 mars. Après cette proposition, l'intersyndicale a de nouveau quitté la salle où se déroulent les négociations. Les leaders syndicaux oscillent entre amusement et agacement. "Si c'est pour proposer 0.40%, soit tout juste l'inflation, il fallait le faire avant la grève, maintenant c'est trop tard", souffle un syndicaliste.

11h40 : Reprise des discussions entre l'intersyndicale, la CAPEB et la FRBTP, après une deuxième interruption de séance à la demande du patronat. Le patronat aurait fait une proposition d'augmentation de 0.4 % sur les salaires. Ce montant couvrirait ainsi l'inflation, qui a été de 0.4% à La Réunion cette année. Si cette proposition est confirmée, ce serait la première fois que le patronat accepterait de revoir sa proposition, qui était de 0% d'augmentation sur les salaires.

11h20 : Les deux syndicats patronaux ont demandé une nouvelle suspension de séance pour se concerter. En attendant le retour de l'intersyndicale à la table des négociations, Jacky Balmine a précisé que "le patronat n'a pas fait de contre proposition", et que l'intersyndicale restait sur sa revendication première, à savoir une augmentation des salaires de 3%.

10h50: Reprise des discussions entre l'intersyndicale, la CAPEB et la FRBTP.

10h40 : L'intersyndicale est brièvement sortie à la demande des deux syndicats patronaux, la CAPEB et la FRBTP, qui ont souhaité se concerter, avant la reprise du débat.

10h30 : La réunion de négociations entre les représentants syndicaux et le patronat débute. Les deux parties se sont saluées cordialement avant de se réunir. "3%, c'est une base de négociations, nous souhaitons que le FRBTP nous fasse une contre-proposition", déclare Jean Max Dagar, secrétaire adjoint de la CFTC BTP. Le syndicaliste n'exclut pas la possibilité d'arriver à un accord, si les propositions des syndicats patronaux "sont en accord avec ce que les salariés attendent". Bernard Siriex, président de la FRBTP assure quant à lui être "venu pour discuter avec les partenaires sociaux". Après avoir rappelé la position du patronat, qui considère qu'un effort financier a été fait sur le financement des mutuelles, le président de la FRBTP a annoncé que "sur les salaires nets, nous étions pour l'instant à 0% d'augmentation, mais il est 10h15 et je ne sais pas de quoi le reste de la journée sera fait". Jacky Balmine explique être également ouvert au dialogue, mais prévient, "s'ils sont venus pour nous expliquer pourquoi leur position c'est toujours 0%, cette réunion va durer un quart d'heure".

9h : Une réunion de négociations est prévue à la direction du travail (DIECCTE) , à 10h à Saint-Denis. La CAPEB a annoncé la tenue d'une conférence de presse aujourd'hui à 14 heures dans l'entreprise ASFER à Saint-Paul, Cambaie.

8h30 : Tôt dans la matinée, les salariés du BTP ont mis en place plusieurs barrages dans la zone industrielle du Port. La voie de de liaison entre le Port et la Possession est bloquée au niveau de GTOI. Un autre barrage est installé non loin du rond-point des Vilbrequins, notamment pour bloquer l'accès à la plateforme de réception des roches pour le chantier de la nouvelle route du littoral (NRL). Un autre barrage a été mis en place au rond-point des pêcheurs à la Possesion. L'entrée du Port est est bloquée.

Sur la RN1 La Possession, la CRGT informe dans un communiqué que "l’accès à la centrale thermique depuis le giratoire du Capitaine de Bourg à la Possession est fermé jusqu’à nouvel ordre. Il est conseillé aux usagers d’emprunter les échangeurs en aval. Des perturbations sont à prévoir dans ce secteur".

L'objectif des grévistes est bloquer des points stratégiques pour empêcher l'accès aux principales entreprises du secteur. Les grévistes avaient annoncé hier que le mouvement se durcirait après les prises de positions de la FRBTP, hier, en conférence de presse. Le syndicat patronal avait annoncé ne pouvoir augmenter les salaires de 3%.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !