MENU

[LIVE/PHOTOS-VIDÉOS] Fin de la manifestation sur le Barachois :

Moins de 1500 personnes mobilisées contre la loi Travail


Posté par
Les manifestants reviennent dans la rue ce jeudi 21 septembre 2017 afin de contester la réforme du Code du Travail par ordonnances après la première manifestation du 12 septembre. Un appel à la grève relayé localement par l'intersyndicale CGTR-CFDT-UNSA-FSU-UNEF. Tous dénoncent "une régression sociale". 1200 personnes défilaient ce matin selon les forces de l'ordre.
Les manifestants reviennent dans la rue ce jeudi 21 septembre 2017 afin de contester la réforme du Code du Travail par ordonnances après la première manifestation du 12 septembre. Un appel à la grève relayé localement par l'intersyndicale CGTR-CFDT-UNSA-FSU-UNEF. Tous dénoncent "une régression sociale". 1200 personnes défilaient ce matin selon les forces de l'ordre.

 

- Ce live est à présent terminé. Merci d'avoir suivi l'actualité sur Imaz Press Réunion. -

13h50 - Les forces de l'ordre annoncent la participation de 1200 personnes à cette seconde mobilisation. Et une fois n'est pas coutume, certains organisateurs du mouvement social donnent le même chiffre que les forces de l'ordre.

13h45 - La manifestation sur le Barachois est terminée. La circulation reprend.

12h25 -  Le Barachois ferme à la circulation dans le sens Est-Nord depuis la rue Labourdonnais et dans le sens Ouest/Nord depuis la rue Lucien-Gasparin en raison de la manifestation.

12h05 - Il s'agit de la seconde mobilisation contre la réforme du Code du travail par ordonnances. La première se tenait aussi à Saint-Denis le 12 septembre dernier. Les manifestants se rapprochent de la préfecture où des prises de parole vont avoir lieu.

 

 

 

 

 

12 heures - Les manifestants continuent à scander leurs slogans. Ils ne veulent rien lâcher. Regardez...

 

 

 

 

11h55 - Le cortège poursuit sa progression. La CGTR Ports et Docks est bien présente. Ses membres protestent contre la loi Travail.

 

 

11h15 - Plusieurs syndicalistes de la CGTR annoncent un chiffre de participation d'au moins 1200 personnes. D'autres manifestants dans les cortèges évoquent un ralliement jugé tardif de CFDT. Ce qui selon eux expliqueraient la faible mobilisation observée.

10h45 - On constate la présence de différents responsables politiques. Les députés Huguette Bello et Jean-Hugues Ratenon, le maire du Port Olivier Hoarau, et des membres du Parti communiste réunionnais comme Ary Yee-Chong-Tchi-Kan et Yvan Dejean, porte-parole du PCR, la sénatrice Gélita Hoarau et le maire de Sainte-Suzanne, Maurice Gironcel, également secrétaire général du parti et Élie Hoarau, président du PCR.

10h35 - Le cortège progresse doucement en direction du haut de la rue Maréchal-Leclerc. Selon Jean-Pierre Rivière, secrétaire général de la CFDT, plusieurs membres de son syndicat participent à la manifestation. Il explique ne pas avoir été débordé par sa base. Le dirigeant assure disposer du soutien de quelques centaines de militants et d'adhérents.

 

10h29 - Ivan Hoarau (CGTR) parle de la faible mobilisation de ce matin à Saint-Denis.

 

10h15 - Le défilé anti loi Travail s'élance dans les rues du chef-lieu. Pancartes au poing, les personnes mobilisées avancent au pas. La circulation des bus et des voitures est impossible dans le secteur.

 

 

10h00 - Le cortège n'est pas encore parti. Les manifestants ont prévu de défiler dans la rue Maréchal-Leclerc. Pour le moment, il s'agit d'une petit mobilisation : "moins de 1000 personnes", indiquent les forces de l'ordre.

- Pour rappel -

Le cortège devait s'élancer du Petit marché à Saint-Denis à 9 heures. Les participants à ce défilé devaient remonter les rues Maréchal-Leclerc et de Paris. Le premier rassemblement du 12 septembre réunissait plus de 2 000 personnes. Contacté, un syndicaliste tablait sur un nombre à la hausse. "Nous n’aurons pas un chiffre inférieur à celui de la dernière manifestation. Avec la venue des camarades de la CFDT, nous espérons être au moins 4 000 personnes", annonçait-il.

Lire aussi : Près de 2000 personnes mobilisées contre la loi Travail

Jean-Pierre Rivière, secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail dans l'île, et ses troupes rejoignaient en effet la mobilisation du jour. Contrairement au 12 septembre. Une décision différente de celle prise par Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. La base souhaitait, elle, manifester. Tout comme les militants de Force ouvrière (FO). Y compris à La Réunion.

Lire aussi - Les paradoxes de Force Ouvrière

L’union départementale continue de soutenir les initiatives de ses membres désireux de se faire entendre mais sans pour autant appeler clairement à descendre dans la rue. L'assemblée générale de FO se tient d'ailleurs ce jeudi dans l'Ouest. Son secretaire général, Éric Marguerite, adopte ainsi la même position que le bureau national de Jean-Claude Mailly. Pendant ce temps-là, les adhérents du syndicat rejoignent toujours plus nombreux les cortèges.

Lire aussi : Pourquoi Force ouvrière ne manifestera pas contre la Loi travail

Plusieurs d'entre eux arpentaient d’ailleurs les pavés du chef-lieu la semaine dernière. Il s’agit de la seconde grande mobilisation sociale du quinquennat d’Emmanuel Macron. Moins de 500 000 personnes protestaient la semaine dernière dans tout le pays. Un chiffre extrêmement bas. Y compris dans le département où les actions du Cospar (Collectif contre la vie chère) drainaient 35 000 personnes selon les organisateurs en 2009. 20 000 d'après les forces de l'ordre.

Lire aussi : Fermeté du gouvernement, offensive des syndicats

Lire aussi : 20 000 opposants à la vie chère

Des protestations dans les rues chef-lieu mais également des perturbations attendues dans plusieurs écoles. Ce mercredi, différentes municipalités prévenaient les parents d'élèves de dysfonctionnements attendus dans plusieurs communes.

Lire aussi - Le point sur les perturbations dans les écoles ce mardi

Pour rappel, le projet du gouvernement d’Édouard Philippe prévoit 36 mesures. Entre autres : le plafonnement des indemnités prud'homales, le fusionnement des instances représentatives du personnel, le licenciement économique. Ce second acte de la contestation sociale devrait livrer des indications sur le rebond de la grogne ou sur un essoufflement du mouvement. Ce samedi 23 septembre, La France insoumise lance aussi son rassemblement dans toute la France. Le 10 octobre, ce sont les fonctionnaires qui envisagent de passer à l'action.

Lire aussi - 36 mesures qui divisent les syndicats en Métropole et à La Réunion

Lire aussi : Loi Travail -Pourquoi tout le monde s'en fout

ts/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Gilles, Posté
Je ne comprends pas l'utilité de ces manifestations....la loi travail a été adoptée par ordonnance, c'est fini, plié ! On ne reviendra pas en arrière...en tt cas pas pas avant 5 ans ! A quoi ça sert de manifester, bloquer la route pour qq chose qu'on ne peut pas changer ?
Lol, Posté
Vous croyez que les gens n'ont que ça à foutre vous les syndicats qui etes payé à rien foutre le reste du temps