Les négociations ont échoué :

Barge Zourite : la grève continue


Publié / Actualisé
A l'issue de plusieurs heures de négociations entre la CFDT et la direction de l'entreprise VDL (Viaduc du littoral) ce mercredi 9 novembre 2017, les 80 salariés travaillant sur la barge Zourite dans le cadre du chantier de la Nouvelle route du littoral reconduisent leur mouvement de grève. Ces derniers demandaient la revalorisation de primes. Représentants syndicaux et patronaux se retrouveront en commission de conciliation ce vendredi pour tenter de trouver une sortie de crise.
A l'issue de plusieurs heures de négociations entre la CFDT et la direction de l'entreprise VDL (Viaduc du littoral) ce mercredi 9 novembre 2017, les 80 salariés travaillant sur la barge Zourite dans le cadre du chantier de la Nouvelle route du littoral reconduisent leur mouvement de grève. Ces derniers demandaient la revalorisation de primes. Représentants syndicaux et patronaux se retrouveront en commission de conciliation ce vendredi pour tenter de trouver une sortie de crise.

Après une réunion débutée à 9h00 ce mercredi, la direction de VDL (Viaduc du littoral) et les grévistes n'ont pas trouvé consensus quant à la revalorisation des primes demandée. Cette revalorisation est réclamée depuis un mois, après une accélération du rythme de travail pour les salariés affectés à la pose des piles de la Nouvelle route du littoral, passant de une et demie à deux ou trois mensuelles.

A lire aussi - Zourite : quand la grève des uns réduit le salaire des autres

Les salariés réclamaient ainsi la revalorisation de 50% des primes mensuelles relatives au travail de nuit et du dimanche, de la prime de mer (octroyée lorsque les salariés se déplacent en mer pour rejoindre la barge) ainsi que la prime d'astreinte. La CFDT, qui porte le mouvement, réclamait également une prime exceptionnelle pour l'ensemble des salariés du groupement, les quatre primes précédentes étant réservées aux travailleurs de la barge. 

Contre les 50% souhaités, seuls 2% ont été proposés par la direction en guise de revalorisation. Une augmentation insuffisante pour signer un protocole de fin de conflit. La suite ou fin du mouvement de grève des 80 salariés se décidera en commission de conciliation ce vendredi, où les négociations reprendront entre syndicats et patronat.

Si le mouvement de grève s'amplifie la semaine prochaine, le reste du chantier risque d'être impacté. En effet, les travailleurs de la barge, affectés à la pose des piles, n'ont toujours pas posé la pile 33. Les salariés chargés de l'acheminement des voussoirs, éléments de béton soutenant la chaussée de la NRL accusent déjà une baisse d'activité, qui s'accompagne d'un chômage partiel pour une centaine de personnes.

jm/www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !