Le parti soutient le personnel du CHU :

Le PCR dénonce le plan de retour à l'équilibre


Publié / Actualisé
Le Parti communiste réunionnais (PCR) réagit à la grève illimitée au Centre hospitalier universitaire (CHU) de La Réunion débutée depuis ce mardi 30 janvier 2018. Ses représentants dénoncent les conséquences du plan de retour à l'équilibre présenté ce mercredi 31 janvier au ministère de la santé à Paris par le directeur général du CHU avec la suppression de 155 postes dans l'île. Nous publions ci-après le communiqué du PCR. (Photo d'archives)
Le Parti communiste réunionnais (PCR) réagit à la grève illimitée au Centre hospitalier universitaire (CHU) de La Réunion débutée depuis ce mardi 30 janvier 2018. Ses représentants dénoncent les conséquences du plan de retour à l'équilibre présenté ce mercredi 31 janvier au ministère de la santé à Paris par le directeur général du CHU avec la suppression de 155 postes dans l'île. Nous publions ci-après le communiqué du PCR. (Photo d'archives)

 

La direction du CHU de La Réunion présente ce mercredi devant le COPERMO un plan visant à réduire son déficit. Il s’agit d’obtenir une subvention de 50 millions d’euros. Ce plan prévoit une réduction drastique des effectifs, ce qui n’aura que des conséquences négatives sur l’offre de soins pour la population. Ainsi, il prévoit notamment la suppression de 155 postes sur toute l'île, ainsi que des lits d’hospitalisation à Cilaos, alors que ces dernières semaines ont rappelé l’enclavement de cette commune, coupée du monde en raison de plusieurs éboulis.

Le PCR estime que le secteur de la santé est un gisement d’emplois qui doit être exploité. À l’origine de la création du CHU de La Réunion, il y avait l’idée d’un établissement appelé à rayonner dans l’océan Indien. C’est sur cette base que Paul Vergès avait réussi à convaincre le Premier ministre de l’époque, Dominique de Villepin, de soutenir le projet de création d’un CHU.

Le plan de la direction fait face à une forte opposition des personnes concernées. L’annonce de la démission prochaine de 34 chefs de service souligne la fermeté de leur volonté à sauver l’emploi au CHU. Aussi, le PCR apporte son soutien au personnel en lutte. Il demande également aux élus présents au Conseil d’administration d’écouter les revendications du personnel et de travailler avec eux pour que le CHU retrouve sa vocation originale de pôle d’excellence sanitaire dans l’océan Indien.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !