[VIDÉO/PHOTOS] Saint-Pierre et Saint-Denis (actualisé) :

CHU - Débrayages en attendant la décision sur l'indexation des primes


Publié / Actualisé
A Saint-Pierre, à l'appel de la CFDT et de l'UNSA, les agents du centre universitaire hospitalier (CHU) Sud ont débrayé ce jeudi matin 24 mai 2018. "L'objectif était de continuer la mobilisation en vue de la réunion qui doit avoir lieu demain (vendredi 25 mai 2018 - ndlr) à l'Agence régionale de santé" expliquent les agents. Cette rencontre entre les syndicats hospitaliers, les service financiers et l'ARS fait suite la réunion interministérielle qui a eu lieu ce mercredi à Paris. Au cours de cette réunion, le personnel devrait être informé de la décision de l'Etat concernant le maintien ou non de l'indexation des primes. Au CHU Nord de Saint-Denis, le personnel hospitalier s'est aussi mobilisé durant une heure en fin de matinée.
A Saint-Pierre, à l'appel de la CFDT et de l'UNSA, les agents du centre universitaire hospitalier (CHU) Sud ont débrayé ce jeudi matin 24 mai 2018. "L'objectif était de continuer la mobilisation en vue de la réunion qui doit avoir lieu demain (vendredi 25 mai 2018 - ndlr) à l'Agence régionale de santé" expliquent les agents. Cette rencontre entre les syndicats hospitaliers, les service financiers et l'ARS fait suite la réunion interministérielle qui a eu lieu ce mercredi à Paris. Au cours de cette réunion, le personnel devrait être informé de la décision de l'Etat concernant le maintien ou non de l'indexation des primes. Au CHU Nord de Saint-Denis, le personnel hospitalier s'est aussi mobilisé durant une heure en fin de matinée.

"Nous ne sommes pas confiants car on nous a trop menti" a indiqué Jean-Marc Vélia, secrétaire général de la CFDT Santé devant l'hôpital Felix Guyon. Pour lui, "le combat ne fait que commencer". Regardez : 

 

Pour rappel, les agents du CHU de toute l'île protestent contre la décision de la direction régionale des finances de ne plus appliquer l'indexation des primes à certaines catégories de personnels. Selon les syndicalistes cette suppression "applicable au plus tard en juillet" représente pour les salariés nun manque à gagner mensuel allant 40 et 300 euros de moins.

Lire aussi : Contre la suppression d'indexation de leurs primes

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !