A 47 milles nautiques au Sud de l'île de Saint-Paul :

Le skipper d'un voilier démâté participant à la Golden Globe Race sérieusement blessé


Publié / Actualisé
Un skipper indien de la Golden Globe Race a été gravement blessé au dos après un démâtage dans la tempête rencontrée dans l'océan Indien sud. Il doit être secouru par un patrouilleur français lundi 24 septembre dans la matinée. Ce sont les autorités australiennes qui assurent la coordination de l'opération de sauvetage. Ils ont déjà programmé deux vols aériens aujourd'hui afin d'établir un contact radio avec le blessé du voilier de 10 mètres.
Un skipper indien de la Golden Globe Race a été gravement blessé au dos après un démâtage dans la tempête rencontrée dans l'océan Indien sud. Il doit être secouru par un patrouilleur français lundi 24 septembre dans la matinée. Ce sont les autorités australiennes qui assurent la coordination de l'opération de sauvetage. Ils ont déjà programmé deux vols aériens aujourd'hui afin d'établir un contact radio avec le blessé du voilier de 10 mètres.

A 18h24 (heure locale Réunion- 14H24) ce vendredi 21 septembre, le JRCC (" Joint Rescue Coordination Center ") australien a été informé du démâtage du voilier de 10 mètres " Thuriya " dans des conditions de mer extrêmes (50 nœuds de vent avec des creux de 9 mètres), en zone de responsabilité SAR australienne. Ce voilier participait à la course océanique Golden Globe Yatch Race. Son skipper, Tomy Abhilash, par ailleurs officier de la marine indienne, est sérieusement blessé au dos.

Le voilier en dérive se trouvait ce dimanche matin à 47 milles nautiques (97 kms) au sud de l’île de Saint-Paul et 100 milles nautiques (185 kms) au sud d’Amsterdam.

Un deuxième voilier participant à la course, le " Hanley Energy Endurance ", a également démâté mais son skipper, Gregor McGuckin de nationalité irlandaise, a pu établir un gréement de fortune de sorte de rallier la position du voilier " Thuriya " (ralliement probable dans la matinée de lundi). Il demande désormais à être évacué en raison de l’état de son voilier (perte de la girouette aérienne de sa barre) et de la route qui lui resterait à parcourir.

Le CROSS Réunion a contacté vendredi en soirée le patrouilleur des affaires maritimes " OSIRIS ", effectuant sa dernière mission de surveillance des pêches avant d’être désarmé, qui quittait Kerguelen et sera en mesure de rejoindre la position du voilier " Thuriya " lundi dans la matinée.

Les autorités australiennes, qui assurent la coordination de l’opération de sauvetage, ont programmé deux vols aériens aujourd’hui afin d’établir un contact radio avec le skipper du " Thuriya ", de relocaliser les deux voiliers démâtés et d’évaluer l’état de ces voiliers.

Un avion civil australien, au départ de Perth, a prévu de survoler le " Thuriya " en début de matinée ce dimanche (7H45 locale) et de procéder à la localisation des 2 voiliers démâtés. Un avion militaire australien P8 (Boeing 737 version militaire), au départ de l’aéroport de la Réunion, a également prévu un jour un vol ce dimanche pour être sur zone à partir de 13h00 locale.

La marine indienne a également mobilisé un avion P8 (Boeing 737 version militaire) qui a survolé hier, lors de son transit vers Maurice, le " Thuriya ". Il a pu localiser le voilier et noter que son gréement était en suspension le long du bord. Cet avion, au départ de Maurice, a de nouveau survolé le " Thuriya " en début de matinée ce dimanche. Le patrouilleur des affaires maritimes OSIRIS, qui fait route vers la position du " Thuriya ", rencontre actuellement des conditions de mer difficiles (vitesse de 7 nœuds) et rejoindra le voilier naufragé demain lundi dans la matinée.

Hier après-midi, le JRCC australien a fait appareiller la frégate " MAS " Ballarat " (équipée d’un hélicoptère lourd) de Perth/Fremantle, pour une arrivée sur zone jeudi ou vendredi. Le JRCC australien a pour priorité, dans un premier temps, si la météo le permet, de faire évacuer le skipper indien blessé du " Thuriya " par l’équipage de l’OSIRIS puis de le transférer à Amsterdam pour une prise en charge temporaire par le médecin du district des TAAF.

Dans un second temps, la frégate australienne procédera au transfert du skipper blessé sur la frégate et à son rapatriement vers l’Australie. Cette solution garantit une prise en charge médicale lourde plus rapide qu’un transit de l’OSIRIS avec le marin blessé vers la Réunion.

La seconde priorité est la récupération du skipper du " Hanley Energy Endurance " qui a également demandé à être évacué.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !