La grève illimitée se poursuit :

La Poste : échec des négociations entre la direction et les syndicats


Publié / Actualisé
En grève depuis jeudi derniers, les postiers dénonçant leurs conditions de travail, s'étaient donné rendez-vous ce mardi 10 mars 2020, devant le bâtiment de la rue Maréchal Leclerc à Saint-Denis. Une séance de négociations a eu lieu entre la direction et les représentants syndicaux FAPT CGTR, Unsa Postes, CFDT et Sud PTT, mais n'a pas aboutie à un accord. Les postiers vont poursuivre leur mouvement de grève illimitée dès demain. (Photo rb/www.ipreunion.com)
En grève depuis jeudi derniers, les postiers dénonçant leurs conditions de travail, s'étaient donné rendez-vous ce mardi 10 mars 2020, devant le bâtiment de la rue Maréchal Leclerc à Saint-Denis. Une séance de négociations a eu lieu entre la direction et les représentants syndicaux FAPT CGTR, Unsa Postes, CFDT et Sud PTT, mais n'a pas aboutie à un accord. Les postiers vont poursuivre leur mouvement de grève illimitée dès demain. (Photo rb/www.ipreunion.com)

"On a décidé, en assemblée générale, de continuer le mouvent de grève illimité." Le message de l'intersyndicale des postiers en grève a le mérite d'être clair et de faire état de l'échec des négociations avec la direction."Le directeur régional n'a pas mandat quant à nos revendications sur le pouvoir d'achat. Les postiers restent déterminés sur cette question."

Lire aussi : Saint-Denis: les grévistes regroupés devant la direction de la Poste

"La rémunération, y compris sur les spécificités Outre-mer, relève uniquement des discussions annuelles entre les fédérations nationales et le Groupe", rappelle la direction dans un communiqué publié à l'issue de la réunion de 3 heures, avant de se féliciter "du climat serein et des échanges constructifs sur l’ouverture d’une négociation relative à la mise en place d’un accord local sur l’emploi." 

Un ton différent de celui employé par les représentants syndicaux. "Sur l'emploi, on n'a pas avancé. Quand on nous dit qu'il y a eu 25 recrutements au mois de janvier et qu'on demande où sont les 25 CDI, ils ne le précisent pas. Il y a un sentiment de mépris parce qu'ils n'ont pas travaillé sur ce point-là." La grève des postiers se poursuit donc dès demain, avant une éventuelle reprise des négociations. 

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !