Jeux des Îles :

Grogne chez les athlètes handisports


Publié / Actualisé
Les sportifs des délégations handisport ne sont pas contents. Ils estiment faire l'objet d'une ségrégation. En effet, ils ne sont pas au village avec les autres sportifs mais dans un centre spécialisé. Les sportifs et leurs accompagnateurs parlent de mise en quarantaine. Les organisateurs affirment avoir fait de leur mieux pour donner le maximum de confort aux athlètes handisports
Les sportifs des délégations handisport ne sont pas contents. Ils estiment faire l'objet d'une ségrégation. En effet, ils ne sont pas au village avec les autres sportifs mais dans un centre spécialisé. Les sportifs et leurs accompagnateurs parlent de mise en quarantaine. Les organisateurs affirment avoir fait de leur mieux pour donner le maximum de confort aux athlètes handisports
Les sportifs de la délégation Handisport France Océan Indien ne sont pas contents. À leur descente d'avion, un bus les a conduits dans un centre à la Pointe aux Sables, près du quartier Rivière Ouest à Port-Louis au lieu de les accompagner au village des jeux à Rose-Hill. Les Réunionnais ont retrouvé là-bas les autres équipes de sport handicapé.
"Pour nous c'est clair, il y a deux Jeux. Celui des valides et celui des handicapés" regrette Alexandre Bozden le président de la ligue handisport. "Pourtant nous avons fait toutes nos préparations avec les autres équipes de valides, soit d'athlétisme ou de natation. Nous avons même participé aux stages et aux regroupements" poursuit le président. Mêmes regrets chez les jeunes qui se sentent mis à l'écart. Pour eux la déception est plus grande même s'il n'en parle pas ouvertement. De plus aucune animation n'a été prévue dans le centre qui leur est réservé.

Manque de communication

Les organisateurs se défendent de toute volonté d'exclusion. "Nous avons spécialement aménagé le centre à la Pointe aux Sables pour que les athlètes handisports aient un maximum de confort. Il n'était évidemment pas question de les exclure ou des les mettre à l'écart" soulignent-ils. Il n'y a bien sûr aucune raison de mettre en doute la bonne foi des organisateurs.
En fait, c'est vraisemblablement à trop vouloir bien faire qu'ils ont provoqué la colère des sportifs. Habitués à être inclus dans l'équipe des sportifs valides, les athlètes handisports de la délégation de La Réunion ont mal vécus d'être logés ailleurs, fusse dans un centre spécialement aménagé pour eux. Le problème aurait sans doute été évité s'il y avait eu, en amont, une plus grande communication entre les organisateurs et les délégations handisports
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !