Sports :

Les jeux sont finis, vivent les jeux


Publié / Actualisé
Les Jeux sont terminés. Il y aura eu beaucoup de vainqueurs, des vaincus aussi. Mais seul le souvenir d'une formidable expérience restera dans les mémoires des quelque 1 500 participants à ces Jeux. Les médaillés seront accueillis en héros dans leur ville, village ou quartier, les autres conteront leurs aventures. Les prochains jeux auront lieu à Madagascar dans 4 ans
Les Jeux sont terminés. Il y aura eu beaucoup de vainqueurs, des vaincus aussi. Mais seul le souvenir d'une formidable expérience restera dans les mémoires des quelque 1 500 participants à ces Jeux. Les médaillés seront accueillis en héros dans leur ville, village ou quartier, les autres conteront leurs aventures. Les prochains jeux auront lieu à Madagascar dans 4 ans
Le décompte des médailles place Maurice en tête avec 188 médailles contre 185 pour France Océan Indien. Les Seychelles arrivent en troisième position avec 114, Madagascar 109 et les Comores avec 8. Si on doit décerner le prix de la sportivité, ce serait la petite délégation des Maldives qui participe aux Jeux depuis 1979 qui l'obtiendraient. Avec un total de cinq médailles (toutes en badminton) sur l'ensemble des participations sans connaître l'or, Les Maldives illustrent ce qu'est l'esprit olympique par leur constance à participer.

Honneur aux Maldives

Par contre, si l'on tient compte de la couleur du métal, France Océan Indien est arrivé plus souvent première, Maurice plus souvent deuxième, etc.... Un décompte dérisoire quand on observe la disparité des conditions de préparations des sportifs selon les pays en compétition. Que ce soit à Madagascar, aux Comores ou aux Maldives, le sport ne fait pas partie des priorités des familles, voire de l'État. Les querelles sportives Réunion -Maurice paraissent donc bien dérisoires face à une médaillée malgache issue d'une famille de 11 enfants, ou aux médaillés des Comores qui ne disposent pas du dixième des infrastructures de La Réunion pour les sports les plus nantis. Pour ces sportifs, une troisième place vaut de l'or.

Un public chaud, chaud, chaud

Comme on s'y attendait, le public Mauricien a pris fait et cause de manière inconditionnelle pour ses sportifs. Rares ont été les manifestations antisportives. Lesquelles sont restées au niveau du moucatage. Avec des stades archi-combles lors des finales, les Mauriciens ont manifesté et partagé leur joie. Le summum a été atteint lors de la victoire de la finale de football. On a pu assister à des scènes que la France avait connues en 1998 lors de la victoire des Bleus avec des milliers de gens dans les rues et le long de l'autoroute attendant le passage du bus des demi-dieux du football.

Bilan positif

Depuis plusieurs mois, le matraquage médiatique sur la préparation des jeux a donné aux Mauriciens un sentiment d'appartenir à une nation élue. L'île s'est transformée en un gigantesque drapeau national. Peu importe la victoire, tous les athlètes mauriciens ont été acclamés comme les héros de la nation.
Côté infrastructures d'importants moyens ont été mis en ?uvre pour assurer le bon déroulement des jeux. Quelques sites sportifs ont été créés, tandis que d'autres ont été remis à neuf. En effet, la sage décision de ne pas dépenser les deniers publics dans des infrastructures trop importantes a été prise.

Rendez-vous dans 4 ans

Oubliées les déceptions voire les ranc?urs des défaites, le bilan de ces 6e jeux de l'océan indien est globalement positif. Si au début des Jeux la logistique a montré quelques faiblesses, les organisateurs Mauriciens ont su rapidement pallier ces petites défaillances.
Aujourd'hui les bannières sont rentrées. Les 7e jeux des îles devraient se dérouler à Madagascar dans quatre ans, si le calendrier est respecté. Le drapeau bleu ciel frappé des anneaux olympique a été replié et remis au représentant de la grande île lors de la cérémonie de clôture. Reste le souhait que les prochains jeux soient vraiment les Jeux de l'amitié entre les îles de l'Océan Indien avec de nouveau partenaire comme le Sri lanka et qu'enfin cessent les stériles querelles géopolitiques pour faire place au sport.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !