Cyclisme - bicross :

Ludovic Séry rêve de Pékin


Publié / Actualisé
Vainqueur de la coupe de la Réunion, deuxième du championnat et du challenge régional en 2007, Ludovic Séry (17 ans) pourrait être l'un des fers de lance de la délégation réunionnaise pour les prochains championnats du monde de bicross, prévus fin mai, début juin, à Pékin, en Chine. S'il bénéficie d'une aide du comité régional de cyclisme, la sélection du jeune licencié de la PPA, au Port, demeure toutefois assujettie à une participation financière personnelle, loin d'être évidente...
Vainqueur de la coupe de la Réunion, deuxième du championnat et du challenge régional en 2007, Ludovic Séry (17 ans) pourrait être l'un des fers de lance de la délégation réunionnaise pour les prochains championnats du monde de bicross, prévus fin mai, début juin, à Pékin, en Chine. S'il bénéficie d'une aide du comité régional de cyclisme, la sélection du jeune licencié de la PPA, au Port, demeure toutefois assujettie à une participation financière personnelle, loin d'être évidente...
Son nom n'est pas celui d'un inconnu dans le milieu du cyclisme réunionnais. À 17 ans, Ludovic Séry s'impose comme l'un des meilleurs espoirs du bicross local, et, à ce tître, fait d'ailleurs partie du pôle d'entraînement de haut-niveau, récemment mis sur pied par le comité régional.
L'an dernier, le jeune homme a terminé second du championnat de la Réunion, deuxième du challenge, et s'est également adjugé la coupe de la Réunion. Un beau parcours qui lui permit notamment de participer au championnat d'Europe de la discipline, en février. À Douai, le licencié de la Port Pédales Association a encore fait étalage de son talent, ne quittant la compétition junior qu'en demi-finales, de surcroît, après une chute.

Pas de sponsors

Lors des prochains mondiaux, prévus fin mai, début juin en Chine, Ludovic Séry pourrait toujours représenter une chance de médaille pour la Réunion. Sauf que pour des raisons purement budgétaires, le jeune cycliste n'est pas encore sûr à cent pour cent, d'être présent à ce rendez-vous. "Normalement, il y devrait y avoir neuf coureurs locaux à Pékin" nous précise-t-il. "On m'a proposé d'être parmi eux, mais pour pouvoir inscrire définitivement mon nom, je dois trouver environ 1 200 euros d'ici la fin mars. Le coût global du déplacement est d'à peu près 2 000 euros. Le comité régional apporte son aide à hauteur de 1 000 euros, mais comme à chaque déplacement extérieur, les pilotes doivent également participer. C'est donc à moi de me débrouiller pour trouver le reste. Ce qui reste une véritable gageure quand on n'est qu'adolescent, qu'on n'a pas de sponsors et que vos parents vous ont déjà donné tout ce qu'ils pouvaient dans le passé, entre autres, pour les championnats d'Europe à Douai".

Le JO de 2012

Malgré tout, Ludovic Séry entend continuer à se battre pour ne pas avoir à renoncer à cette importante échéance qu'est un championnat du monde. Il y a quelques saisons, il s'était hissé en demi-finale de l'épreuve, à Valette, en métropole. Et pour Pékin, sa motivation est encore plus grande, "car là-bas, il y aura aussi l'équipe de France qui prépare les Jeux olympiques" poursuit-il. "Certes, je suis encore jeune pour l'édition 2008, mais je ne cache pas que les J.O me font aussi rêver. Pourquoi ne pas faire de ceux de 2012 une autre de mes grandes motivations ?"
C'est en tous cas tout le mal que l'on peut souhaiter à notre champion cycliste, en rappelant que l'intéressé n'en est pas à son premier grand défi - il est parvenu à revenir au plus haut niveau après une fracture de l'humérus en 2006- et que toutes les bonnes volontés seront les bienvenues pour l'aider à participer au championnat du monde de Pékin.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !