Jeux paralympiques :

Cinq Réunionnais à Pékin


Publié / Actualisé
Après avoir vécu les Jeux olympiques à la télé, cinq jeunes handisportifs vont vivre les Jeux paralympiques sur place à Pékin
Après avoir vécu les Jeux olympiques à la télé, cinq jeunes handisportifs vont vivre les Jeux paralympiques sur place à Pékin
" Miraculeux... D'enfer... Les qualificatifs nous manquent pour exprimer notre bonheur. Jamais dans nos rêves les plus fous, nous n'avions imaginé vivre un tel événement dans notre carrière sportive ". Patrice Attimant, Julien Lucily, Jonathan Balaya, Clarisse Douraguia et El-kabir Soulaimala commentent ainsi leur sélection pour les Jeux paralympiques prévus du 4 au 19 septembre 2008 à Pékin. " C'est comme si nous avions gagné au Loto " disent-ils encore.
Et pour cause, le mode de sélection a été très strict. " Au départ, notre projet d'envoyer des jeunes réunionnais aux Jeux Paralympiques est resté lettre morte. À force de relances envers les instances locales, nous avons trouvé un écho favorable auprès du conseil général qui a financé notre action de promotion. Il restait ensuite à convaincre la Fédération Française Handisport pour avoir les accréditations nécessaires à un mois du grand départ ", précise Annie Amacouty, Directrice technique fédérale de la zone océan Indien.

Cahier des charges

Pour ne pas faire de favoritisme, le comité régional handisport, pris par l'urgence, a décidé de sélectionner un jeune handisportif de moins de vingt ans (l'autre critère de sélection,) dans chaque commune de l'île. Du coup, la sélection pour Pékin s'est faite d'elle-même puisque les cinq jeunes handicapés retenus ont été les seuls dont les parents ont répondu favorablement. Pour d'autres, ils n'ont pu être retenus en raison des papiers administratifs manquants ou de leur scolarité prioritaire.

" Impossible n'est pas Réunionnais ",

Les cinq jeunes auront l'occasion de vivre leurs premiers Jeux paralympiques avec le secret objectif de participer en tant acteur aux Jeux de Londres.
" Il ne faut pas oublier que le handisport réunionnais compte un médaillé de bronze au javelot à Séoul en 1988 (Eric Laderval), un médaillé de bronze en basket à Barcelone en 1992 (Jean-Denis Aboukir) et plusieurs participations aux Paralympiques 1996, 2000 et 2004 avec Jean-Denis Aboukir et José Thérézo. Si on veut, on peut. ", argumente Annie Amacouty.
Ayant comme devise " impossible n'est pas Réunionnais ", les jeunes prodiges du handisport réunionnais vont faire le plein d'images pour alimenter leur rêve de victoires. " De Pékin à Londres, il n'y a qu'un pas : quatre années pour un exploit, c'est jouable ".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !