Football - Les Tangos reçus dans des "conditions exécrables" en métropole :

Dominique Veilex, entraîneur de l'Excelsior : "on sent un manque de respect de la FFF"


Publié / Actualisé
Arrivés ce mercredi en métropole pour disputer leur 7ème tour de coupe de France contre l'Entente Feignies Aulnoy, les joueurs de l'Excelsior ont été "reçus dans des conditions exécrables" nous a confié l'entraîneur Dominique Veilex, très remonté contre la Fédération Française de Football (FFF).
Arrivés ce mercredi en métropole pour disputer leur 7ème tour de coupe de France contre l'Entente Feignies Aulnoy, les joueurs de l'Excelsior ont été "reçus dans des conditions exécrables" nous a confié l'entraîneur Dominique Veilex, très remonté contre la Fédération Française de Football (FFF).

Basés à Lisses (91) dans un premier temps "où tout s'était plutôt bien passé" selon Dominique Veilex, les Tangos et leur coach ne digèrent pas les conditions dans lesquelles ils ont été accueillis. "Depuis notre hôtel de Lisses, on a été jetés, et je pèse mes mots, à la Gare du Nord, un quartier pas forcément fréquentable" explique Dominique Veilex.

"On a ensuite dû attendre deux heures un TER dans lequel aucune place n'était réservée et où les joueurs ont voyagé debout" jusqu'à Lille pour atteindre Feignies, ville hôte, où ils sont arrivés "dans un hôtel vraiment bas de gamme". "On sent un manque de respect de la FFF (fédération française de football ndlr). On est très remonté parce que ce ne sont pas des conditions acceptables" lance le coach.

- Un très bon accueil de l'équipe adverse -

À l'inverse de la Fédération, l'Entente Feignies Aulnoy "a très bien accueilli" les Tangos, en leur prêtant notamment un terrain pour l'entraînement. "Les dirigeants de Feignies n'ont pas compris non plus ces conditions" raconte Dominique Veilex qui ne décolère pas contre la Fédération : "si on peut se faire éliminer de la coupe de France, la FFF préfère" peste-t-il.

Enervé mais pas démotivé avant le match de samedi, Dominique Veilex donne déjà un rendez-vous à "la fédé" : "tant pis pour eux, ils vont nous avoir au 8ème tour" souffle l'entraîneur en rigolant.

hf/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Lili, Posté
j'ai vecu 36 ans en metropole c 'est vrai l'accueil est nul les gens nous regardent
comme si on était de la merde