9ème étape du World Tour :

Surf : Johanne Defay 5 sur 5 à Hossegor


Publié / Actualisé
Les capricieux beach breaks landais auront eu raison des ambitions de la Réunionnaise, récemment élue meilleure surfeuse européenne pour la 3ème fois consécutive par l'Eurosima: sortie en quarts de finale par la future lauréate de l'épreuve Courtney Conlogue, Johanne Defay termine ce Pro France 2018, 9ème manche du WCT, à une 5ème place et réintègre du coup le top 5 mondial avant l'utime manche à Maui en novembre (Photo d'illustration)
Les capricieux beach breaks landais auront eu raison des ambitions de la Réunionnaise, récemment élue meilleure surfeuse européenne pour la 3ème fois consécutive par l'Eurosima: sortie en quarts de finale par la future lauréate de l'épreuve Courtney Conlogue, Johanne Defay termine ce Pro France 2018, 9ème manche du WCT, à une 5ème place et réintègre du coup le top 5 mondial avant l'utime manche à Maui en novembre (Photo d'illustration)

Dominatrice au premier tour sur le spot des Culs Nus à Hossegor face à Sally Fitzgibbons et la malheureuse Keely Andrew (blessée sur sa 1ère vague au genou), Johanne Defay a ensuite marqué le pas au 3ème tour, prenant la seconde place derrière la triple championne du monde hawaiienne Carissa Moore mais tout de même devant sa compatriote Vahiné Fierro, s'assurant ainsi sa place en quart.

Vendredi matin, versée en 2ème série du jour, Johanne Defay devait composer avec un spot changeant à cause d'une marée haute descendant à vitesse grand V due au gros coefficient. Pourtant, la Réunionnaise prenait le temps d'observer le premier round du jour entre Moore et Manuel pour choisir les options les plus intéressantes pour se placer au line up. Epaulée par son coach Simon Paillard et par le Réunionnais Fredo Robin, désormais en charge de la préparation olympique pour la fédération, Johanne Defay optait pour une stratégie avec un placement assez haut sachant que le courant s'intensifierait en cours de série, à cause de la marée bercée par une houle solide. Dans ces conditions difficiles, l'Américaine frappait fort d'entrée avec une vague sortie de nulle part qui lui tombait dessus alors qu'elle ramait pour rejoindre le line up: 6,50 points.

Très vite, la Réunionnaise répondait avec un 5,33 et l'Américaine enchainait avec un 7. Sans pression, Johanne Defay choisissait ses vagues alors que Courtney Conlogue semblait se mettre en difficulté avec un placement trop "inside". La Réunionnaise en profitait alors pour démarrer sur une bombe, scorant ainsi la meilleure vague de la série, 7,50 points, pendant que l'Américaine bataillait dans l'écume et le courant. Restait plus qu'à trouver une vague à 6 points pour prendre la tête mais la marée changeante transformait le spot en véritable rivière et les deux compétitrices se trouvaient alors à ramer tant bien que mal à contre courant, sans pouvoir se placer comme elles le souhaitaient pour démarrer sur une vague.

Dans les dernières secondes, Johanne Defay semblait la mieux placée pour le set en approche mais la force du courant l'empêchait de démarrer... elle sortait de l'eau en larmes, consciente que la série lui avait échappée de peu tant son adversaire avait été éclipsée par les conditions pendant les 10 dernières minutes et qu'elle n'avait pu en profiter pour reprendre l'avantage. Une fois de plus cette semaine, la série se jouait dans les tout premiers instants.

Pourquoi? Tout simplement parce que les gros coefficients de marée provoquent des changements de mer très soudains et rapides, génèrant des courants puissants. Si bien que ce que lo'n observe du bord n'est pas valable longtemps lorsque l'on rentre à l'eau et qu'il faut pouvoir anticiper les changements. Johanne Defay, réputée pour son sens marin l'avait senti ce vendredi matin, mieux que quiconque: une minute de plus ajoutée aux 30 de la série lui aurait permi d'atteindre le pic qu'elle avait repéré avec le changement de marée et cela aurait changé considérablement le résultat.

Pas de regret donc pour Johanne Defay qui, une fois la déception passée sur la plage avec ses proches, confiait au micro de l'Equipe que ce n'était pas "la fin du monde". Elle ajoutait également qu'avec "ces grandes marées, les courants sont puissants, il faut composer avec et avoir les éléments avec soi. C'est un peu la lotterie aussi ! Les meilleures se sont faites avoir (les numéros une et deux ont été éliminées au 3ème tour) par ces beach breaks capricieux : un coup le pic est ici et puis il décale en 10 minutes et tu te retrouves mal placée... C'est le jeu en France."

Avec cette 5ème place sur la 9ème manche du World Tour, Johanne Defay profite de l'élimination de Caroline Marks dès le second tour pour lui repasser devant au classement et la devancer désormais de 2900 points. Elle pointe désormais au 5ème rang mondial et seule une victoire à Maui fin novembre lors de la dernière manche du World Tour pourrait lui permettre de gagner encore une place. En 2016, la Réunionnaise avait terminée 5ème, son meilleur classement en carrière sur le Tour. Avec l'explosion du niveau féminin ces derniers mois, notamment dû à l'apparition du surf aux Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo, 5ème serait un excellent résultat pour la tricolore qui sera du voyage au Japon dans deux ans.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !