Mondiaux de surf :

Trois Réunionnais participent aux ISA World Surfing Games


Publié / Actualisé
Grosse effervescence ce vendredi 6 septembre 2019 à Miyazaki (sud-est du Japon) à la veille des ISA World Surfing Games présentés par Vans (7-15 septembre). La totalité des équipes sont arrivées, même si certains surfeurs manquent encore à l'appel en raison notamment du QS 10k de Pantin, et l'on ressent déjà une atmosphère particulière au pays des Jeux Olympiques 2020. Pour représenter la France, trois surfeurs réunionnais seront présents sur place : Jérémy Florès, Johanne Defay et Cannelle Bulard. (Photo Fédération française de surf)
Grosse effervescence ce vendredi 6 septembre 2019 à Miyazaki (sud-est du Japon) à la veille des ISA World Surfing Games présentés par Vans (7-15 septembre). La totalité des équipes sont arrivées, même si certains surfeurs manquent encore à l'appel en raison notamment du QS 10k de Pantin, et l'on ressent déjà une atmosphère particulière au pays des Jeux Olympiques 2020. Pour représenter la France, trois surfeurs réunionnais seront présents sur place : Jérémy Florès, Johanne Defay et Cannelle Bulard. (Photo Fédération française de surf)

Ce samedi, après la traditionnelle parade des nations en matinée (4 heures en France), à laquelle participeront près de 240 athlètes issus de 55 pays (un record), la compétition débutera avec la catégorie dames à 15h locales (8h françaises). On suivra avec attention les débuts de nos trois Françaises Johanne Defay, Vahine Fierro et Cannelle Bulard, arrivées vendredi en soirée.

Ces Mondiaux ISA 2019 délivreront 8 places pour les Jeux Olympiques de Tokyo, deux par continent (1 homme et 1 femme) à l'exception des Amériques. Et toutes les stars ou presque du surf mondial sont là, à commencer par Gabriel Medina, Filipe Toledo, Jordy Smith, Kolohe Andino, Kelly Slater, Stephanie Gilmore, Carissa Moore, sans oublier nos stars tricolores du CT : Jérémy Florès, Michel Bourez et Joan Duru.

On le sait portant, les grosses cylindrées du tour n'ont rien à gagner sur ces Mondiaux ISA 2019 puisqu'elles valideront leur ticket pour Tokyo-2020 à l'issue de la saison sur le CT (lire le système de qualifications ici). Mais la présence de Medina, Gilmore ou encore Slater est un bonus exceptionnel pour les World Surfing Games trop longtemps snobés par les pros de la WSL.

Pour Fernando Aguerre, le président de l'International Surfing Associaiton, il s'agit bien " d'un moment incroyable et historique pour le surf ! "

Champion du monde WSL en titre, le Brésilien Gabriel Medina a confié ce vendredi en conférence de presse qu'il était " enthousiaste à l'idée de participer pour la première fois à une compétition ici au Japon. " Ajoutant en écho au président Aguerre : " C'est un grand moment pour notre sport. Vous n'avez qu'une seule chance de participer aux Jeux olympiques, ce qui les rend excitants et spéciaux. "

De la houle dès ce week-end

Alors que manque encore à l'appel quelques surfeurs, dont nos trois Français Jérémy Florès, Michel Bourez et Joan Duru, qui arrivent samedi au Japon, les Mondiaux débutent ce samedi par le premier tour des dames, dont la finale est programmée pour mercredi prochain. La compétition se tient sur le spot de KisakiHama Beach, un beach break situé près d'une rivière avec ue droite assez longue. Les prévisions sont assez optimistes pour les deux premiers jours (1m50) avant de faiblir en début de semaine pour mieux regonfler à partir de vendredi prochain (2m+) avec le passage d'un typhon au sud-est de l'archipel.

Retrouvez l'article complet sur le site de la Fédération française de surf.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !