Dans des conditions climatiques extrêmes :

Semi-marathon du lac Baikal : Alain Joineau a décroché la deuxième place


Publié / Actualisé
Le 1er mars 2020, Alain Joineau s'est élance pour le départ du semi-marathon du lac Baikal en Sibérie, qui mesure 1600 km de longueur. Le départ, après avoir baptisé le lac avec du lait, a été donné à 8h30 du matin avec - 18 degrés.
Le 1er mars 2020, Alain Joineau s'est élance pour le départ du semi-marathon du lac Baikal en Sibérie, qui mesure 1600 km de longueur. Le départ, après avoir baptisé le lac avec du lait, a été donné à 8h30 du matin avec - 18 degrés.

"Au 15ème kilomètre, la température a brusquement chuté à – 30 degrés donc la course s’est considérablement durcie avec beaucoup d’abandons" indique Alain Joineau.

Ce dernier est arrivé 2ème au scratch au semi-marathon,4 minutes derrière le 1er (un Slovaque), avec un temps de 2h et 12 minutes. "D’habitude, pour un semi, je mets 1h35 minutes" précise-t-il.

Il se dit content de sa performance au regard des conditions atmosphériques : beaucoup de neiges et, à 3 km de l’arrivée, de la glace. "Le retour à la réunion est difficile car la différence de température est énorme : pratiquement 50 degrés d’écart" souligne Alain Joineau.
 
Ses prochains défis, en dehors du trail de bourbon qui aura lieu à La Réunion, sera un trail en Thaïlande avec son club le CAPOSS, et, début 2021, un marathon au Groenland qui aura des conditions climatiques tout aussi extrême que celles de la Sibérie.
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !